Tour de France : un membre du staff de l'équipe nordiste Cofidis testé positif au Covid-19

Un membre de l'équipe cyclisme nordiste Cofidis a été testé positif au Covid-19 au cours de l'étape de repos ce lundi. Aucune conséquence sportive. 
Guillaume Martin, leader de l'équipe Cofidis le 5 septembre 2020 sur le Tour de France
Guillaume Martin, leader de l'équipe Cofidis le 5 septembre 2020 sur le Tour de France © KENZO TRIBOUILLARD / AF
Cofidis en sursis ? Le résultat des tests obligatoires menés lors de la journée de repos du Tour de France ont été dévoilés ce mardi. Résultat : Si aucun cas positif n'a été détecté dans le peloton, quatre personnes, membres de l'encadrement de quatre équipes différentes (Cofidis, AG2R La Mondiale, Ineos, Mitchelton), ont été recalées et ont dû quitter la "bulle course". Mais aucune formation n'a présenté plus d'un cas positif, ce qui n'entraîne donc aucune exclusion collective.

Mais attention, comme les 3 autres équipes, l'équipe Cofidis,  se retrouve sous une menace directe. Un deuxième cas décelé dans leur formation dans les sept jours, si des symptômes apparaissent, et l'équipe serait exclue !

Martin, toujours en embuscade

D'où un certain soulagement et une prudence chez Cofidis : « Suite à la communication d'ASO et de l'UCI et pour votre information, la personne concernée chez Cofidis faisait partie du staff et n'avait pas de membre contact. Il logeait en chambre single et a quitté le Tour de France dès la connaissance du résultat du test. Aucun autre commentaire à ce sujet ne sera fait par des membres de l'équipe », indique l’équipe nordiste dans un communiqué.

Le leader de l'équipe nordiste, Guillaume Martin, est actuellement 3ème à 28 secondes du maillot jaune. Il a parfaitement réussi la 1ère semaine du Tour de France. Jamais ces dernières années, Cofidis n'a été autant aux avant-postes.

 
Le directeur du Tour positif
Le directeur du Tour de France Christian Prudhomme doit se tenir à l'écart de l'épreuve pendant une semaine, à suite d'un test positif au Covid-19.  "Les coureurs vivent comme des moines-soldats, ce qui n'est pas mon cas", a expliqué le directeur du Tour, qui multiplie, en raison de ses fonctions, les rencontres avec les élus, invités et autres officiels. Il a notamment partagé sa voiture avec le Premier ministre Jean Castex, en visite sur le Tour samedi dernier lors de la première journée pyrénéenne.

Symbole de l'organisation de la plus grande course du monde, Christian Prudhomme laisse sa place pendant ce laps de temps à François Lemarchand, un ancien coureur professionnel qui possède déjà l'expérience de la direction d'une épreuve cycliste puisqu'il occupe cette fonction depuis plusieurs années dans Paris-Nice. "Je sors du Tour pour huit jours", a précisé Christian Prudhomme, qui est asymptomatique. "Je vais faire comme n'importe quel salarié français dans ce genre de cas". Pour revenir après la seconde journée de repos, lundi prochain en Isère, à l'orée de la troisième semaine de course qui s'annonce décisive.

Dans l'organisation du Tour 2020, une "bulle course", à laquelle n'appartient pas le directeur du Tour, regroupe les coureurs, l'encadrement de leurs équipes
et quelques officiels, soit quelque 650 personnes. Tous ont subi, comme d'autres personnes de l'organisation, un test de détection du Covid-19 à l'occasion de la journée de repos en Charente-Maritime, avant la reprise de la course.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tour de france cyclisme sport