Voile. Le nordiste Pierre Le Roy remporte la mini-transat à St-François en Guadeloupe

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emmanuel Pall

Parti des Sables-d'Olonne, en Vendée, le 26 septembre, le navigateur lillois s'impose en catégorie proto, après une étape et une pause aux îles Canaries. Largement devant les 83 autres concurrents, proto et série confondus.

Pierre Le Roy a franchi la ligne d’arrivée de la deuxième étape de la 23e édition de la mini transat en première position ce vendredi 12 novembre à 14h 02min 09s (heure de Paris). Le skipper de TeamWork a ainsi mis 13 jours 23 heures 02 minutes et 9 secondes pour boucler les 2700 milles du parcours entre Santa Cruz de La Palma et Saint-François.

"J’ai stressé pendant quatre jours. J’étais convaincu de mon option au sud. J’étais convaincu, et à juste titre, que mes adversaires étaient au nord. J’imaginais que j’allais les aligner tous au fur et à mesure derrière moi mais tant qu’ils ne se recalaient pas, je ne pouvais pas savoir dans quelle mesure ils restaient dangereux. Jusqu’au bout j’ai craint de voir le spi rouge de Fabio (Muzzolini) apparaître au dernier moment, comme lors de la première étape. Je ne voulais pas que ça se reproduise. Je me suis donné comme un fou jusqu’au bout. Même la dernière nuit, j’ai tartiné tout ce que je pouvais. Il n’y avait pas de doute ! Je voulais gagner !"

Hommage à mon père

 "Je ne sais pas mais je suis satisfait de ce que j’ai fait. Je vais parler d’un truc personnel. Je ne le fais jamais d’habitude mais là ça me tient à cœur. Il y deux ans, lors de ma première participation à la course (il avait terminé 5e en Série, ndlr), il y avait mon père à l’arrivée. L’année dernière je lui ai dit que lorsqu’il serait remis de sa maladie, on irait ensemble faire un tour sur le bateau. Il est parti la semaine où j’ai eu la coque. J’ai pensé à lui tout le long, comme jamais avant. Cette victoire, elle est pour lui. Les ressources que j’ai eues sont venues de là. Tout ce que j’ai donné c’était pour lui rendre hommage."

A moins de 15 heures de l’arrivée, Pierre Le Roy (1019 – TeamWork), était bien installé aux commandes de la flotte depuis 6 jours. Il continuait de consolider son leadership et semblait filer tout droit vers le doublé étape-épreuve, comme le note la page web de suivi de la course

Avant le départ, le Lillois, Pierre Le Roy affichait ses ambitions : "Je n’oublie évidemment pas que sur une transatlantique, tout dépend du scénario, et que la course au large reste un sport mécanique, mais j’ai tout mis en œuvre pour me mettre dans une position où je dois pouvoir gagner".

Dessiné par David Raison, le prototype de 6,50m de long, mesure également 3m de large, pèse moins d'une tonne, dispose de 120m² de voiles au portant et a la particularité d'avoir une étrave ronde. Il a tout gagné depuis 6 ans dont les deux dernières mini-transat

durée de la vidéo: 00 min 50
Mini-transat. Le point à la veille de l'arrivée

La mini-transat est une course de 4 050 milles nautiques (7 500 km) en solitaire sur les plus petits bateaux de course au large, de seulement 6.50m de long. Elle a été crée en 1977 par Bob Salmon et se déroule toutes les années impaires. La 23e édition, partie des Sables-d'Olonne le 26 septembre, réunissait 84 concurrents. Deux étapes étaient au programme : Sables-d'Olonne à Santa-Cruz de la Palma située sur l'île des Canaries la plus à l'ouest, et de Santa Cruz jusqu'à Saint-François en Guadeloupe.