1er mai en Normandie : la Fête du travail se réinvente pendant le confinement

Banderole du 1er mai accrochée sur le monument aux morts de la place Carnot de Rouen / © Félix Bollez-France Télévisions
Banderole du 1er mai accrochée sur le monument aux morts de la place Carnot de Rouen / © Félix Bollez-France Télévisions

Banderoles, réseaux sociaux et manifestations virtuelles. Comment la Fête du travail s'adapte-t-elle au confinement ?

Par Félix Bollez

8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs pour les travailleurs. L’origine de la Fête du travail est une conquête sociale célébrée en France depuis 1919. Mais après plus de 1000 heures de confinement dans l’hexagone, le 1er mai prend une forme inédite cette année.
 
© Julie Howlett - France Télévisions
© Julie Howlett - France Télévisions
 

Messages dans la rue


Pas de défilé, ni de manifestant dans les rues mais quelques messages affichés ça et là. Syndicats et travailleurs respectent le confinement pendant ce jour chômé mais disséminent leurs revendications. 
 
© Julie Howlett- France Télévisions
© Julie Howlett- France Télévisions


"La Fête du travail ne s’enterre pas" ou encore "Le service public utile comme jamais !" pouvait-on lire dans les rues de Rouen. Comme pour rappeler que cette crise n’est pas seulement un malheureux hasard virologique mais aussi le résultat de choix politique. La santé doit-elle obéir aux lois du marché ? Quel est le rôle du service public ? Les métiers indispensables sont-ils rémunérés à leur juste valeur ? Pour les leaders de la CGT, cette pandémie livre aux yeux du monde les bonnes réponses.
 
1er mai en Normandie : la Fête du travail se réinvente pendant le confinement
Pascal Morel Secrétaire Général de la CGT Seine-Maritime

Aujourd’hui on a la démonstration que la politique d’austérité n’a fait qu’aggraver la situation. Les fermetures de lits, la casse du service public, les délocalisations des entreprises nous montrent qu’il faut repenser la société autrement.

Déclare Pascal Morel le Secrétaire Général de la CGT de Seine-Maritime.  

 
© Christophe Vilmer-France Télévisions
© Christophe Vilmer-France Télévisions


"Ce 1er mai doit être le préambule de nos futurs combats. Nous exigeons du gouvernement d’augmenter le smic à 1800 euros brut." Conclut Pascal Morel en faisant référence aux nombreux métiers peu rémunérés et souvent en première ligne pendant la crise.
 
 


Les réseaux sociaux comme tribune


Concerts en ligne, vidéos de militant, pétitions…les syndicats gardent le lien et s’expriment via le numérique. "On ne pouvait pas rester chez nous sans réagir". Pour Pascal Morel ce 1er mai doit être un tremplin pour se rassembler rapidement.

On souhaite que cet élan de solidarité entre les Français ne s’oublie pas après le confinement et qu’il s’amplifie après la crise dans nos luttes 

 
1er mai en Normandie : la Fête du travail se réinvente pendant le confinement


Une manifestation virtuelle


Pour ceux qui veulent marquer leur présence dans une rue et scander leur slogan il existe l’application Manif App.
 
Capture d'écran du site Manif App
Capture d'écran du site Manif App


"Vous voulez soutenir une manifestation, mais vous ne pouvez vraiment pas y aller (vous êtes malades, vous êtes trop loin, vous êtes confinés à cause d’un virus mondial, …). Le site Manif App vous permet de participer en plaçant votre avatar sur une carte à l’endroit de la manifestation et ainsi afficher votre soutien. Votre avatar est visible publiquement sur la carte ainsi que tous les autres avatars", détaille la page d’accueil de l’application.

Faute de convivialité, l’application a le mérite de comptabiliser objectivement le nombre de manifestants présents. Comme un avant-goût de futures luttes sociales qui devraient jalonner la reconstruction du "monde d’après".

 

Sur le même sujet

Les + Lus