Cet article date de plus de 9 ans

La plus grosse raffinerie de France en arrêt pour modernisation à Gonfreville-l’Orcher (Seine-Maritime)

Pour s’adapter à la baisse des ventes de carburants, le groupe Total investit 740 millions d’euros pour moderniser sa raffinerie de Normandie

Le grand arrêt

3500 ouvriers employés par une centaine d’entreprises sont actuellement au travail sur le site de Gonfreville, près du Havre. 
C’est le grand arrêt, l’une des phases du projet de modernisation lancé en 2008 et baptisé RN 2012. 
Plus de 740 millions d’euros d’investissement pour moderniser la raffinerie mais surtout l’adapter au besoins d’un marché où l’essence se vend de moins de moins et où le gasoil est de plus en plus consommé.

Produire moins mais mieux

L’objectif est donc d’assurer l’avenir du site en réduisant la capacité de raffinage de pétrole brut en passant de 15 à 12 millions de tonnes par an. Tout en augmentant la production de gasoil de 500 00 tonnes (un nouveau  gasoil à très bas taux de soufre répondant aux nouvelles normes).
Troisième axe de ce grand chantier : les économies de fonctionnement  avec un gain de 30% d’efficacité énergétique
Le redémarrage  de la raffinerie Total est prévu pour le 15 novembre. Quant à la fin du chantier RN 2012, elle  sera effective fin 2013 avec la livraison d’une nouvelle tour de désulfuration. 
VIDEO : le reportage France 3 Le Havre-Baie de Seine d’Emmanuelle Darcel et Hervé Guiraudou avec les interviews de :


360 terrains de foot

La Raffinerie de Normandie de Gonfreville-l’Orcher existe depuis 1932. C’est la plus grosse raffinerie française, une des premières au niveau européen. Sur plusieurs centaines d’hectares (l’équivalent de 360 terrains de football) cette usine produit 350 000 barils par jour. Soit environ 20 % de l’approvisionnement du pays et 40% de celui de la région parisienne.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie