• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Municipales en Haute-Normandie : ce qu'il faut retenir du second tour

© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie

Les bascules, les nouveaux visages, on fait le point les éléments marquants de ce deuxième tour des élections municipales en Haute-Normandie.

Par Carole Belingard

1. Montivilliers et Fécamp, ces villes seino-marines qui basculent à droite

Ce sont les prises notables de la droite dimanche 30 mars. A Montivilliers, Daniel Fidelin prend la ville à la gauche avec 233 voix d'avance. C'est la deuxième ville de l'agglomération havraise qui entre donc dans l'escarcelle de la droite. La fusion des listes à gauche n'a pas suffi à sauver ce bastion socialiste depuis 1977. Et une partie des voix FN est venue renforcer cette prime à Daniel Fidelin

Fécamp, autre claque pour la gauche en Seine-Maritime. La cité terre-neuva bascule à droite après 25 ans de socialisme. La députée Estelle Grelier perd la partie avec seulement 39,61% des voix. Marie-Agnès Poussier-Winsback remporte donc une franche victoire.

Fécamp bascule à droite après 25 ans de gestion socialiste
VIDEO : Fécamp au lendemain du second tour des municipales. Un reportage France 3 Le Havre-Baie de Seine de Bénédicte Drouet avec les interviews de : Marie-Agnès Poussier-Winsback, maire élue (UMP) et de David Roussel, co-listier (UMP)

31/03/2014_fécamp_au lendemain du second tour



2. Louviers et Gisors, la fin d'un règne

Dans l'Eure, les deux plus grandes surprises viennent de Louviers et Gisors. A Louviers, le maire sortant Franck Martin laisse son fauteuil de premier magistrat après vingt ans passés à la tête de la commune lovérienne. C'est la liste "sans étiquette" menée par l'UDI François-Xaiver Priollaud et Anne Terlez qui a remporté la majorité des suffrages malgré un score très serré.

Une page qui se tourne également à Gisors, où Marcel Larmanou a été battu. Le maire communiste avait officié à la tête de la ville pendant 43 ans. C'est le candidat UMP Alexandre Rassaërt, à 27 ans, qui a été élu avec 57,7% des voix.  

Gisors bascule à droite: la fin du règne de 43 ans du communiste Marcel Lamarnou
VIDEO : Gisors au lendemain du second tour des municipales. Un reportage France 3 Haute-Normandie d'Emmanuelle Partouche et Didier Meunier avec les interviews de  Marcel Larmanou, tête de liste PC et maire sortant ; Laurent Longet, ancienne tête de liste PS ralliée à Marcel Larmanou ; Alexandre Rassaert, tête de liste UMP

31/03/2014_gisors_au lendemain du second tour



3. Les jeunes UMP à l'assaut de l'Eure

Le fait marquant de ce second tour c'est aussi le rajeunissement de la classe politique dans le département de l'Eure. Bruno Le Maire, député UMP du département, a mis en place une stratégie de renouvellement qui s'est révélée payante. A Vernon, Sébastien Lecornu, à 28 ans, a battu le maire sortant socialiste Philippe Nguyen Thanh. C'est le cas aussi à Gisors. Des visages plus jeunes aussi à Evreux, où l'UMP avait choisi d'investir Guy Lefrand plutôt que Jean-Pierre Nicolas.

Bruno Le Maire expliquait ce choix dimanche dans notre émission spéciale

Bruno Le Maire explique sa stratégie de renouvellement de l'UMP dans l'Eure

A lire aussi

Sur le même sujet

Feuillantine au lard et fromage de Neufchâtel

Les + Lus