Agon-Coutainville : faut-il protéger davantage les palourdes ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par LQ

A Agon-Coutainville, dans la Manche, une association de pêcheurs à pied demande la création d'une zone sanctuaire pour protéger la ressource en palourdes  

Avec les grandes marées, la côte Ouest du Cotentin s'attend à un débarquement de pêcheurs à pied sur l'estran. Ils seront des milliers à venir ramasser les coquillages à marée basse. 
Se pose donc la question de la ressource, notamment pour la palourde. 
Les autorités ont fixé une régle : on ne ramasse que des palourdes de plus de 4 centimètres, et on n'en ramasse pas plus de 100 par jour (et par pêcheur). 
La pêche à pied n'est autorisée que du lever au coucher du soleil, et la revente des coquillages est strictement interdite. 
Pour l'Association "pour une pêche à pied respectueuse de la ressource" (APP2R), ces mesures ne vont pas assez loin et ne protègent pas suffisamment la ressource. L'association réclame de meilleures pratiques et souhaite la création d'une "zone de repos biologique" pour la palourde.
Elle dénonce également l'utilisation de grands rateaux pour pêcher la palourde. 
D'autres associations locales ne sont pas d'accord et estiment que la palourde est suffisamment préservée avec les mesures en vigueur. 

Voir le reportage d'Aurélie Misery et Loïc Blache. (ITW : Arlette Laplace-Dolonde, secrétaire générale association APP2R, Philippe Vigoureux
Président association APP2R et Michel Delisle, Pt Association du Senequet de Defense de la Peche de Loisir en Mer). 

durée de la vidéo: 02 min 03
Gestion des palourdes sur la côte ouest du Cotentin