Cet article date de plus de 6 ans

Darnétal rend hommage aux tsiganes et nomades déportés

Au cours de la dernière guerre mondiale, Darnétal (Seine-Maritime) avait un camp d'internement destiné aux nomades. La commune a dévoilé ce samedi une plaque commémorative. Raymond Gurême était présent. A 89 ans, c'est l'un des rares survivants de ceux qui ont transité par ce camp.
© Raphael Deh
Raymond Gurême se souvient. Il a 15 ans le 4 octobre 1940, lorsqu'il est arrêté par les Allemands à Petit-Couronne (Seine-Maritime), au seul motif qu'il est forain. A l'époque il travaille dans le cirque et le cinéma itinérant.

Il se retrouve dans le camps d'internement de Darnétal que l'occupant a ouvert pour parquer les gens du voyage : foraons, tsiganes.... Ultime étape avant le départ pour les camps d'extermination. Raymond sera l'un des rares à en revenir, car sa deuxième tentative d'évasion sera la bonne, grâce à la solidarité des  cheminots.

Plus de deux cents hommes, femmes et enfants, tous nomades ont transité par le camps de Darnétal.

VIDEO : Le reportage de Raphael Deh et Hervé Colosio ave les interview de :
 
durée de la vidéo: 01 min 55
Hommage au tsiganes déportés


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
seconde guerre mondiale histoire sorties et loisirs témoignage tsiganes société