Cet article date de plus de 6 ans

Présidence de l'UMP: le vote électronique ne fait pas l'unanimité

Les militants de l'UMP sont appelés ce samedi à voter pour élire le président de leur parti. Le vote électronique, retenu pour cette élection, connaît quelques bugs. 
Ce samedi matin, au siège de l'UMP du Calvados, plusieurs personnes âgées se sont déplacées pour voter de façon "traditionnelle"
Ce samedi matin, au siège de l'UMP du Calvados, plusieurs personnes âgées se sont déplacées pour voter de façon "traditionnelle"
A la permanence de l'UMP à Caen ce samedi matin, le téléphone n'arrête pas de sonner. Le vote électronique connaît plusieurs bugs et les votants mécontents ne cessent d'appeler. L'élection du futur président du parti a débuté ce vendredi. Dans la soirée, l'UMP a fait état d'une "attaque extérieure" sur le site qui a momentanément perturbé le scrutin: "Il s'agit de l'un des risques anticipés et les dispositions prévues ont été mises en oeuvre. Cela a pu, cependant, avoir pour effet de ralentir l'accès au site du vote", a souligné l'UMP dans un communiqué. Une plainte a été déposée dans la nuit auprès du commissariat du XVe arrondissement de Paris.

Ce samedi matin, les problèmes semblaient persister au vu du nombre de coups de fils reçus par la permanence caennaise. C'est la première fois qu'un vote électronique à une si grande échelle est organisé en France. Des bureaux de vote ont toutefois été installés partout dans le pays pour les militants qui n'ont pas internet. Parmi eux, une forte proportion de personnes âgées, comme a pu le constater une de nos équipes ce samedi matin à Caen, des personnes âgées qui, pour certaines, ne font pas confiance à ce système de vote et préfère s'exprimer de façon plus "traditionnelle".

Reportage de Matthieu Bellinghen et Mathieu Beaudouin
Intervenants:
- Sylvie Nez, chargée de mission UMP Calvados
- Vincent Couturier, chargé de mission UMP Calvados

durée de la vidéo: 01 min 29
Présidence de l'UMP: le vote électronique ne fait pas l'unanimité

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique internet