Gégé de Koh Lanta au tribunal pour agressions sexuelles

© France 3 Haute-Normandie
© France 3 Haute-Normandie

Gérard Icardi, surnommé Gégé dans l’émission de téléréalité  "Koh Lanta " était devant le tribunal correctionel d’Evreux. Plusieurs jeunes femmes l’accusent d’agressions sexuelles.

Par Mathilde Riou

Ce jeudi (5 février), Gérard Icardi comparaissait devant le tribunal correctionnel d’Evreux pour des agressions sexuelles. L’ancien candidat de Koh Lanta est accusé par d’anciennes stagiaires de gestes et propos déplacés. Les jeunes filles sont passées en stage à l’Arche féline, un élevage de chats situé à Vascoeuil dans l’Eure, géré par Gérard Icardi.

L'Arche féline de Vascoeuil (76) fête ses dix ans
Le premier parc animalier consacré aux chats de race en Europe ouvre ses portes pour une nouvelle saison. Il compte une quarantaine d'espèces rares.


L’affaire commence en janvier 2011. Deux jeunes femmes originaires de Gaillac (Tarn) viennent effectuer un stage dans l’établissement de l’ancien candidat qui les hébergeaient également. A leur retour dans leur région, elles portent plainte chez les gendarmes : "Il parlait de sexe tout le temps", déclare l’une d’entre elles.  Selon elle, l’homme aurait tenté d’embrasser l’une d’elles et lui aurait touché, au détour d’un couloir, les fesses.


Les gendarmes du Tarn  transmettent l’affaire à leurs collègues de l’Eure. En enquêtant ils retrouvent une déposition, faite un an et demi plus tôt, par une autre stagiaire. Au total trois jeunes filles se sont portées partie civile. Elles réclament des dédommagements de 3 000 à 5 000 euros. De son côté, Gérard Icardi nie les faits qui lui sont reprochés.

Le parquet a requis trois ans de prison avec sursis, une mise à l’épreuve comprenant une obligation de soins, l’indemnisation des victimes, l’interdiction de tout contact avec elles, l’interdiction de toute activité professionnelle qui implique l’encadrement ou un contact avec des mineurs, l’interdiction des droits civils, civiques et familiaux et l’inscription au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles ou violentes (Fijais).
Le tribunal doit rendre son délibéré le mardi 10 mars 2015.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus