Manuel Valls en visite au campus de Mont-Saint-Aignan

© Jean-Marc Pitte
© Jean-Marc Pitte

Manuel Valls accompagné de Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, présidents des deux Régions, visitait le campus de Mont-Saint-Aignan. Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve, faisaient partie du voyage.

Par Mathilde Riou

Manuel Valls, après avoir posé devant le Pont de Normandie pour marquer la fusion prochaine de la Haute et de la Basse-Normandie, a signé vendredi les contrats de
plan liant l'État et les deux régions, d'un montant avoisinant les 1,5 milliard d'euros d'ici 2020.
Dans le port touristique d'Honfleur (Calvados), le Premier ministre est allé poser au bord de l'estuaire de la Seine, avec, en fond très photogénique, le pont de Normandie qui relie les deux régions actuelles.
Il était aux côtés des deux présidents de régions, Laurent Beauvais (PS, Basse- Normandie) et Nicolas Mayer-Rossignol (Haute-Normandie, futur candidat PS aux régionales), et de ses deux ministres "normands" selon sa formule, Laurent Fabius
(élu de Seine-Maritime) et Bernard Cazeneuve (élu de la Manche).
 / © Jean-Marc Pitte
/ © Jean-Marc Pitte




Les deux Normandie avancent, ainsi, résolument. La réforme territoriale (...) est en marche


s'est-il réjoui un peu après dans un discours prononcé dans la Grange au sel du petit port normand.

Manuel Valls n'a en revanche pas tranché la question épineuse de la prochaine "capitale" de la future région Normandie, que se disputent Rouen et Caen.

Le choix du chef-lieu de la future région doit pouvoir être défini avec l'accord des deux régions. La discussion est en cours, elle va aller jusqu'à son terme. Et je suis convaincu que les volontés vont converger", a-t-il répondu à la presse.



La question du futur chef-lieu est le principal point de dispute en vue de la fusion, qui de façon générale est une des moins polémiques des nouvelles régions tracées par le gouvernement.
© Jean-Marc Pitte
© Jean-Marc Pitte



© Jean-Marc Pitte
© Jean-Marc Pitte



Le contrat de plan État-région de la Basse-Normandie s'élève à 484 millions d'euros
pour la période 2015-2020, tandis que celui de la Haute-Normandie est d'environ
1 milliard d'euros.

En y ajoutant des fonds européens et un contrat de plan interrégional, "ce sont près de 2 milliards d'euros d'investissements publics qui vont accompagner les
projets de vos territoires jusqu'en 2020", a dit Manuel Valls aux élus normands.

Sur fond de tour de vis des dotations versées aux collectivités

locales, le gouvernement met en avant la hausse des dotations des CPER (12,5 milliards pour 2015-2020) pour montrer qu'il continue à soutenir les investissements publics locaux.

Interviews de Manuel Valls par Jean-Marc Pitte
Interview Valls



Sur le même sujet

Les + Lus