Cet article date de plus de 6 ans

Twitter cause normand

Hier, 1200 personnes ont assisté à ce débat très suivi sur les réseaux sociaux . Ce matin, sur la toile, et notamment sur Twitter, de nombreuses photos et petites phrases racontent autrement cette rencontre au sujet de la place de Caen dans la réunification. Voici un petit florilège.
© France 3 Basse-Normandie (Fabienne Bahin)
Hier soir, 1200 personnes étaient présentes pour débattre de la place de Caen dans la grande Normandie. En réalité, dès le départ, le ton était donné. L'objectif pour la ville était de se positionner dans la course à la capitale régionale.  La preuve, avec ce tweet sans équivoque de Sonia de La Provôté, première adjointe ville de Caen, conseillère générale du Calvados, présidente de Caen Normandie Metropole de l'UDI.

 





Responsables politiques, acteurs économiques et culturels ont échangé toute la soirée au micro mais aussi par écrit sur Twitter. Parmi eux, le philosophe Michel Onfray ou bien encore un restaurateur et beaucoup de journalistes des médias régionaux. Ces deux tweet, le premier d'un journaliste Franck Boitelle et le deuxième d'un homme politique (Rudy Niewiadomski, conseiller municipal de Caen, conseiller communautaire de Caen la mer et membre du Bureau des UDI jeunes14) en témoignent

 




Après avoir constaté cette diversité des intervenants, on voit apparaître sur la toile, une liste d'arguments en faveur de Caen. Les atouts de la ville et de la Basse Normandie sont listés. D'abord, l'aspect agricole de notre région:
 

Ensuite la force économique du territoire est avancée par Romain Bail, maire de Ouistreham Riva-Bella, vice-Président de Caen-la-Mer Littoral et Tourisme: 







De nombreux témoignages et exemples d'entreprises florissantes sont donnés. L'une d'entre-elles est citée par le maire d'Epron (PRG)



La recherche et l'université sont mises en avant: 





Conclusion de Joel Bruneau, maire UMP de Caen:



   
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réunification de la normandie internet débats interactifs