• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Allocution d'Emmanuel Macron : les réactions des responsables politiques normands

Le Président de Région Normandie, Hervé Morin, invité de Franceinfo après l'allocution présidentielle / © Franceinfo
Le Président de Région Normandie, Hervé Morin, invité de Franceinfo après l'allocution présidentielle / © Franceinfo

Après cinq mois de manifestations de gilets jaunes et trois mois de Grand débat, le Président de la République a-t-il répondu aux attentes ? Les réactions très contrastées des responsables politiques normands. 

Par Aurélie Misery

  • Du côté de la majorité, le ministre chargé des collectivités territoriales Sébastien Lecornu, ancien Président du conseil départemental de l'Eure,  a naturellement réagi à l'annonce d'"un nouvel acte de décentralisation", rappelant que c'était une attente des élus.  
 
  • Sonia Krimi, députée LREM de la Manche, salue l'idée d'une maison dediée aux services publics, sorte de "guichet unique", dans chaque chef-lieu de canton. 
 
  • Du côté des centristes, le Président de Région, Hervé Morin, salue la réduction du nombre de parlementaires et davantage de décentralisation pour clarifier les compétences, mais met en doute "France services" se demandant quel fonctionnaire de l'Etat suffisamment polycompétent souhaitera revenir sur le terrain.   
 
  • Chez les Républicains, Philippe Gosselin, député LR de la Manche, ne cache pas sa perplexité quant au financement des mesures ni sa déception sur la portée de l'allocution pour relancer ce quinquennat.
 
  • Sébastien Jumel, député PCF de Seine-Maritime, a multiplié hier soir les tweets pour marquer sa contestation. 
Le député PCF de Seine-Maritime met en doute les annonces du Président de la République : "Quand c’est flou il y a 1 loup, quand c’est flou il y a 1 #Macron : supprimer 5 Mards d’impôts mais ne + fermer d’hôpitaux, annoncer des classes à 24 et des maison France services dans les cantons. Travailler + et garder RTT âge de la retraite et jours fériés" 

Entre autres, Sébastien Jumel fustige la politique fiscale de Macron, "une politique de l'autruche" et s'interroge sur les annonces pour une meilleure prise en charge éducative : "24 élèves par classe en grande section, CP et CE1... Fort bien. Quand ? Comment ? Les parents d’élèves, les enseignants, les maires vont faire les comptes dès demain et prendront #Macron au mot. Président ou illusionniste on sera vite fixé...". 
  • Du flou c'est aussi ce que dénonce le conseiller régional Rassemblement national et député européen Nicolas Bay  

Sur le même sujet

Leprévost et Staut/ parcours à Rotterdam le 23/08/2019- Images FEI

Les + Lus