De commandante de Gendarmerie à conceptrice de sacs à main punk vegan : la nouvelle vie de Cécile Vincent

Dans sa carrière, Cecile Vincent a commandé jusqu'à 120 militaires. Aujourd'hui elle crée des sacs punk vegan. Sa nouvelle manière de militer pour un monde meilleur et feministe.

de la gendarmerie aux sacs punk vegan
de la gendarmerie aux sacs punk vegan © DAMIEN MEYER / AFP
La Déclaration des droits de la femme est affichée au dessus du bureau dans son atelier, dans le salon de sa maison de Bayeux. Pour Cécile Vincent, "le feminisme, c'est important, ainsi que la mise en avant des femmes". D'ailleurs, la créatrice ne s'en tient pas seulement aux paroles. Elle les met en pratique et s'entoure de femmes, au maximum."On a toujours tendance à les remettre sur l'arrière de la scène, aussi bien dans l'armée que dans les affaires" remarque-t-elle

Quand la géniale @chloe_tesla ✨, modèle et militante végane engagée passe sur ton stand, tu (enfin je) déclenches le...

Publiée par Senza maroquinerie végane sur Dimanche 20 septembre 2020




Vegan depuis peu, la jeune cheffe d'entreprise fabrique sa maroquinerie en matières innovantes, issues de fibres de feuilles d'ananas ou de poudre de cactus fixée sur du coton. Les créations de sa marque Senza (sans en italien) portent les noms de sorcières, ces femmes puissantes qui ont tant fait peur aux hommes. Cécile Vincent a présenté ses sacs le weekend dernier au festival Smmmile de la Villette.

Mon influence c'est le style punk rock, glam rock, un peu sorcière, à contre-courant de l'ordre établi.

Cécile Vincent

Des motifs têtes de mort sur du jacquard, des clous, un fermoir-boulon apportent une touche rock chère à cette fan du groupe Indochine ou de "metal mongol" qu'elle écoute en fabriquant les sacs. Le sac à dos en toile de camouflage est doublé d'un tissu rose imprimé de doigts d'honneur. 

Tous les prototypes, je m'en sers, je les teste et je les améliore.

"Je pars d'un patron existant que j'améliore, j'adapte par rapport à mon style et je modifie pour le côté pratique. Dernièrement, le positionnement des anses finissait par altérer le tombé du sac, alors je l'ai changé" explique Cécile.
 

Des sacs pour porter une sorte de rébellion contre l'ordre établi

Avant de créer des sacs à main cloutés avec des têtes de morts, Cécile a eu une autre vie, bien différente. Ancienne officière de gendarmerie, elle a commandé jusqu'à 120 militaires. Une carrière choisie "par mimétisme familial, sans doute" analyse cette petite-fille de militaires et fille de commissaire de police.

J'ai été gendarme pendant 15 ans, c'est un métier riche et passionnant, mais malheureusement sur le côté noir de la vie et de la société. Au bout d'un moment, j'ai eu envie d'élargir mes horizons et exprimer ma créativité


Aujourd'hui Cécile Vincent crée des sacs punk en matières vegan. Ses cheveux teints en rose et coupés court font ressortir les boucles d'oreille en forme de tête de mort, des "excentricités absolument pas envisageables" dans sa vie d'avant "normée et encadrée".  Mais des codes punk qui conviennent à toute femme qui veut exprimer "une sorte de rébellion contre l'ordre établi", estime Cécile.

"J''ai commencé la couture et j'ai fabriqué mes premiers sacs depuis 3 ans, pour offrir autour de moi. Je me suis fait la main en quelque sorte."
Cecile Vincent n'en est qu'à ses débuts, elle a créé sa société en aout, mais elle se dit confiante dans le succès de ses sacs qu'elle vend autour de 250 euros. D'ici quelques jours, ils seront disponibles sur son site internet. Sa développeuse est sur le coup.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
entreprises économie mode société