Andréa Bescond, réalisatrice césarisée et engagée dans les causes féministes, a été condamnée par la cour d'appel de Caen à 2 000 euros d'amende avec sursis, tout comme en première instance. Elle avait assimilé le champion du 400 mètres haies Wilfried Happio à un "violeur" dans un post sur Instagram en 2022.

La réalisatrice Andréa Bescond avait été jugée coupable de diffamation envers l'athlète Wilfried Happio par le tribunal judiciaire de Caen le 7 septembre 2023. Elle avait également été condamnée à une amende de 2 000 € avec sursis. Une peine confirmée par la cour d'appel de Caen ce mercredi 3 avril 2024. 

Artiste féministe récompensée d'un César pour "Les Chatouilles" (2018), film inspiré de son passé marqué par des violences sexuelles, Andréa Bescond avait assimilé Wilfried Happio à un violeur dans un post Instagram en décembre 2022.

Une plainte pour agression sexuelle

À l’époque, l'athlète était au cœur d'une histoire d'agression sexuelle. Une jeune femme de 19 ans, pensionnaire de l'INSEP (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), avait dénoncé des attouchements répétés de la part du sportif lors d'une soirée le 20 septembre 2021.

Une plainte avait été déposée, classée sans suite. L'affaire avait même dépassé le cadre judiciaire lorsque le frère de la victime présumée a agressé physiquement Wilfried Happio lors des championnats de France d'athlétisme 2022 qui se tenait à Caen.

Frappé d'un coup de poing au visage, le hurdleur avait remporté le titre de champion de France de 400 mètres le même jour, avec un bandage sur l'œil tuméfié.