Caen : 250 personnes ont dénoncé l'abattage des arbres de la place de la République

Plusieurs collectifs et des élus avaient appellé les Caennais à se rassembler ce mercredi, au lendemain de l'abattage de 45 des 49 tilleuls de la place de la République. Rudy L'Orphelin, l'opposant écologiste dit qu'il ne renoncera pas aux poursuites judiciaires.

En l'espace d'une matinée, 45 des 49 tilleuls de la place de la République ont été sciés. L'ONF recommandait de n'en supprimer que 26.
En l'espace d'une matinée, 45 des 49 tilleuls de la place de la République ont été sciés. L'ONF recommandait de n'en supprimer que 26. © C. Maillard / FTV

"Les arbres ont disparu, mais on ne va pas en rester là ". Rudy L'Orphelin, encore abasourdi par l'opération d'abattage des tilleuls de la place de la République, compte maintenant sur la cour administrative d'appel de Nantes.

Elle doit se prononcer sur le recours déposé par les défenseurs des arbres de la place, le mois prochain ou au mois d'avril. 

Je n'en reviens toujours pas que Joël Bruneau, le maire (LR) de Caen, se soit contenté de la décision en première instance. Pourquoi n'a-t-il pas attendu la décision en appel ?

Rudy L'Orphelin, conseiller municipal écologiste

"Je n'en reviens toujours pas que Joël Bruneau, le maire (LR) de Caen, se soit contenté de la décision en première instance rendue il y a un an et demi. Pourquoi n'a-t-il pas attendu la décision en appel ? Quand on voit qu'une trentaine de policiers ont été déployés pour cette opération préparée jusqu'au bout dans le plus grand secret, quand on voit qu'il ne vous a pas transmis le rapport de l'ONF,  je me demande à quoi il  joue ? Le conseiller municipal écologiste s'interroge sur les méthodes du maire  et regrette qu'il n'y ait de sa part  aucune politique relative à la place du végétal en ville.

Dans la foule rassemblée ce mercredi, des élus mais aussi beaucoup d'anonymes, ulcérés par l'attitude du maire.

 

 

Une minute de silence a été observée. Les manifestants ont promis de se retrouver pour une nouvelle mobilisation qui, disent-ils, fera grand bruit.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture et urbanisme culture architecture polémique société politique environnement