Le parc éolien en mer fait un gros chèque pour le musée du débarquement d'Arromanches

Publié le

La société qui exploitera les éoliennes au large des côtes du Calvados tient à faire savoir qu'elle devient "le principal mécène privé" du "site mémoriel" dont les travaux de rénovation sont en cours. Les opposants au parc éolien se disent "très mal à l'aise" avec cette générosité "pas désintéressée".

La nouvelle avait déjà filtrée au printemps lors d'une séance de conseil municipal rapportée par nos confrères de Ouest-France. Le maire d'Arromanches avait annoncé que le parc éolien s'était engagé à verser un million d'euros. "J’avais promis de garder le secret mais je ne résiste pas à vous annoncer la bonne nouvelle" expliquait Marcel Bastide.

Le parc éolien en mer du Calvados confirme aujourd'hui son investissement, sans toutefois préciser le montant du chèque. "Nous sommes particulièrement heureux de devenir le principal mécène privé du site mémoriel d’Arromanches-les-Bains, et de participer à faire vivre la mémoire du Débarquement, explique Bernard Guitton, le directeur du parc éolien qui entend ainsi marquer sa volonté "d’ancrer le projet dans son territoire".

Un chèque qui tombe à point

Depuis bientôt deux ans, la commune d'Arromanches souffre des conséquences de la pandémie. L'activité touristique est tributaire de la désaffection des visiteurs étrangers. Cet argent tombe à point. Dans le communiqué du parc éolien, Marcel Bastide, le maire d'Arromanches ne cache pas sa satisfaction : "Nous sommes ravis de ce partenariat et tenons à souligner la constance et l’engagement sans faille, depuis maintenant plusieurs années, des équipes du parc éolien en mer du Calvados".

L'association Libre Horizon qui milite depuis des années contre l'implantation des éoliennes n'a évidemment pas tout à fait la même lecture. "En tant qu'habitante d'Arromanches, c'est une bonne nouvelle puisque nous allons avoir un beau musée, explique la présidente Elsa Joly. Mais comme présidente de Libre Horizon, je suis très mal à l'aise."

C'est dur d'avaler cette pilule. Ce n'est évidemment pas désintéressé de la parti du parc éolien.

Elsa Joly, présidente de l'association Lire Horizon

"Le soutien fort apporté au site mémoriel d’Arromanches-les-Bains (Calvados) souligne la démarche volontaire d’implication locale", écrit pudiquement la société du parc éolien en mer du Calvados. Ce n'est évidemment pas la première fois que "l'implication locale" permet de mettre un peu d'huile dans les rouages.

Dans les années 2010, RTE avait ainsi débloqué une enveloppe de 20 millions d'euros pour financer un Plan d'Accompagnement de Projet sur le tracé de la ligne à Très Haute Tension Cotentin-Maine. "Même si le PAP est légal, il revient à arroser les maires pour les acheter. Quand RTE propose entre 100 000 et 500 000 euros à des villages comme le mien, au budget annuel de 150 000 euros, il est très difficile de dire non", déplorait alors le maire d'une commune de la Manche qui s'opposait à la construction de la ligne.

Fin des travaux en 2023

A Arromanches, les travaux de reconstruction du musée seront normalement achevés en 2023, juste à temps pour préparer le 80e anniversaire du débarquement. Les visiteurs découvriront alors un établissement moderne, méconnaissable, ce qui justifiera l'investissement de 9,5 millions d'euros. La facture est réglée par l'Etat, les collectivités locales, et "un apport privé".

"Un million d'euros, c'est exorbitant, mais ça ne représente rien quand on sait que le parc éolien va coûter 1,7 milliard d'euros", soupire la présidente de l'association Libre Horizon. "Un million, c'est une goutte d'eau et ça permet d'endormir les habitants et les élus. On comprend pourquoi tous les maires sont pour le parc éolien".