Les œuvres d'art contribuent-elles au bien-être ? 200 volontaires recherchés pour une expérience inédite

Le CHU, le musée des Beaux-Arts de Caen et des chercheurs mènent conjointement une étude scientifique pour déterminer l'impact de l'art sur le bien-être, le stress, la fatigue. Des volontaires sont recherchés pour participer à cette expérience inédite entre septembre et décembre.

Regarder des œuvres d'art améliore-t-il le bien-être général ? C'est en tout cas ce que des études menées au Canada ont démontré chez des personnes atteintes de troubles cérébraux ou de maladies dégénératives comme Alzheimer. Et un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé publié en 2019 va aussi en ce sens.  

À Caen, le musée des Beaux-Arts, le CHU et des chercheurs de trois laboratoires normands se sont saisis de ce sujet à l'occasion du Millénaire de Caen prévu en 2025 et sont à l'initiative d'une expérience inédite : évaluer les bienfaits réels de l'art sur le cerveau chez les personnes sans pathologie et apporter des chiffres sur cette question.

Il existe déjà des preuves scientifiques des bienfaits du sport pour les personnes et des ordonnances sont délivrées pour faire du sport et se sentir mieux. Un jour, nous aurons peut-être la culture sur ordonnance

Anne Bernardo, service communication du Musée des Beaux-Arts de Caen

"Nous voulons la preuve scientifique qu'aller au musée et voir des œuvres participerait à l'amélioration d'une situation d'inconfort cérébral. Et pas seulement pour les personnes atteintes de pathologies" présente Anne Bernardo, du service communication du Musée des Beaux-Arts de Caen.

200 volontaires recherchés

Pour mener cette étude sciences-art, "qui, à première vue, n'a jamais été réalisée auparavant" selon Anne Bernardo, 200 volontaires sont recherchés.

Les profils peuvent être variés : des hommes et femmes de 18 à 65 ans. Il est cependant demandé aux potentiels participants d'être capables de regarder confortablement un tableau sans porter de lunettes. Et de ne pas être atteint de pathologies cérébrales.

"Nous avons déjà plein de demandes" assure Anne Bernardo, en précisant que les demandes peuvent encore arriver jusqu'en septembre, car l'expérimentation aura lieu entre septembre et décembre 2024.

Un casque technologique pour analyser le cerveau

Dans la pratique, les participants sélectionnés seront sollicités durant 2h30 in situ au Musée des Beaux-Arts de Caen pour regarder neuf tableaux des collections du site culturel, en portant un casque spécifique sur la tête.

"Le Casque NIS (Near Infrared Signal) va mesurer les modifications des flux sanguins qui sont corrélées à l'activité du cerveau. Quand il y a des émotions positives, le flux du sang s'accélère" détaille Denis Vivien, praticien au CHU de Caen et coordinateur de l'expérimentation.

Deux autres technologies seront également utilisées par les chercheurs : "un système d'eye tracking pour savoir quelles parties du tableau sont regardées et ce que cela provoque chez les participants. Ainsi qu'un appareil pour mesurer la fréquence cardiaque. Le rythme cardiaque augmente avec les émotions" assure Denis Vivien, en ajoutant que les volontaires découvriront une partie des tableaux seuls et une autre partie en binôme, avec un inconnu.

"C'est vraiment cette deuxième phase qui sera très intéressante pour voir si leurs émotions se synchronisent, selon le coordinateur de l'expérimentation. Si ça fonctionne, ça pourrait aider à la rééducation des patients victimes d'AVC par l'art, avec un binôme non malade".

A l’avenir, plutôt que des antidépresseurs, on donnera peut-être aux gens des pass pour aller aux musées

Denis Vivien, praticien au CHU de Caen et coordinateur de l'étude art-sciences

Les résultats recueillis en direct par les chercheurs seront ensuite analysés durant plusieurs mois pour établir l'impact réel de l'art sur le bien-être, le stress, la fatigue ou encore la concentration. Les premiers résultats sont attendus mi-2025.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Normandie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité