Malgré le Brexit et le Covid-19, le port de Caen affiche son optimisme pour 2022

Publié le Mis à jour le

La CCI de Caen qui gère le port de Caen-Ouistreham a présenté le bilan de l'activité portuaire en 2021 et les perspectives pour 2022. Le 10ème port français a souffert sur le trafic transmanche, mais a gagné des parts de marché sur de nouvelles activités comme l'hivernage des paquebots.

Les chiffres sont  à la baisse sur le trafic transmanche, sur la ligne Ouistreham/Portsmouth en 2021.

256.523 passagers, 85.560 voitures et 87.634 camions ont traversé la Manche l'année dernière. Des chiffres en baisse qui s'expliquent par le Brexit et la pandémie qui ont sérieusement impacté les échanges entre la France et le Royaume-Uni.

Selon la CCI de Caen, cette baisse d'activité transmanche, n'a pas freiné les investissements sur le port. Au contraire, ce contexte a généré de nouvelles activités : paquebots à l'hivernage notamment. Pour 2022, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Caen espère un retour du trafic à la normale. Elle espère aussi une consolidation des diverses activités et un renforcement de l'attractivité du port qui a notamment annoncé la construction prochaine d'une usine AYRO. Une unité de fabrication d'ailes Oceanwings. Des ailes qui servent à la propulsion véliques des navires de commerce.

Les ports de plaisance se portent bien

2021 restera une année très correcte pour les ports de plaisance de Caen, Ouistreham et Dives-Cabourg-Houlgate qui sont gérés par la CCI de Caen.

Des séjours plus courts et un nombre d'abonnés stable, voire en augmentation. Les ports du Calvados affichent un bilan favorable pour 2021. Ils sont labellisés Qualité Plaisance et ont bénéficié d'investissements de confort et de sécurité.

Quant aux port de pêche de Port-en-Bessin et de Grandcamp-Maisy, ils limitent la baisse des apports sous criée. A Port-en-Bessin, la 1ère criée de Normandie, la coquille Saint-Jacques s'est bien tenue avec une hausse des apports et du chiffre d'affaires. 70 espèces différentes y sont commercialisées chaque année. Par contre, au port de Grandcamp-Maisy, les apports de coquilles sont en baisse de 7%.