Comment reconnaître le frelon asiatique : 577 nids détruits en 2017

© PHOTOPQR/NICE MATIN
© PHOTOPQR/NICE MATIN

Répéré pour la première fois dans l'Ouest normand en 2011, le frelon asiatique n'a cessé de se développer depuis. Ces petites bêtes aux pattes jaunes se sont bien adaptées à notre climat. Le frelon asiatique est arrivé de Chine par bateau, en ayant voyagé dans les conteneurs des cargos.

Par Alexandra Huctin

Contrairement à ce qu'on pourrait imaginer, les frelons asiatiques préfèrent nos villes à nos campagnes. C'est pour eux, un climat un peu plus doux et chargé de nourriture : ils y trouvent les protéines végétales et animales dont ils raffolent. 

Depuis 2016 un plan anti-frelons asiatique est développé dans le Calvados.
Un site internet, "frelonasiatique14" , permet aux particuliers de trouver quelques repaires pour les démarches en cas de doute. 
Car un nid, déjà ça se repère : la forme est particulière. Et on les retrouve le plus souvent accrochés : soit au sommet d'un arbre, soit sous une charpente ou dans un garage ou sous un toit. Une simple tuile cassée suffit.
 
© Maxppp
© Maxppp

Mais attention selon la période de l'année il existe plusieurs nids:
  • il y a le "nid primaire" ( printemps) de la taille d'un bol.
  • et celui dit "nid secondaire" (l'été, il peut atteindre 1 m de diamètre et a la forme d'une poire), composé de milliers de frelons. Il est dangereux pour l'homme : il ne faut pas tenter de s'en débarrasser seul. 
 

Et partout la résistance s'organise car ce petit frelon est un dangereux prédateur pour nos abeilles, productrices de miel :

L'an dernier plus d'une centaine de ruches a disparu dans le calvados. Et 577 nids de frelons asiatiques ont été détruits. 

 

Attention il ne faut pas intervenir tout seul : il y a des règles à suivre. appelez votre mairie et éviter le piégeage seul. 
Le site internet cité ci-dessus vous livre ses préconisations : cliquez-ici. 

Petite vidéo de professionnels qui interviennent dans le sud de la France :
 
frelon asiatique

Sur le même sujet

L'hopital de Gisors (Eure) en accusation par deux fils

Les + Lus