Coronavirus : le rôle de la religion en pleine crise sanitaire

La crise sanitaire liée au coronavirus a-telle conduit à un regain de religiosité et de spiritualité chez les Français ? Le père Berthout du diocèse de Bayeux et Lisieux répond.

Un regain de spiritualité et de solidarité chez les croyants depuis la crise du coronavirus en France.
Un regain de spiritualité et de solidarité chez les croyants depuis la crise du coronavirus en France. © MYCHELE DANIAU / AFP
"La plus grave crise sanitaire qu'ait connu la France depuis un siècle", a déclaré le président de la République, Emmanuel Macron, jeudi 12 mars lors de sa première allocution officielle sur la crise du coronavirus.

Cette épidémie qui a fait au moins 674 morts, par son caractère soudain et d’ampleur, a-t-elle conduit les Français à se tourner vers la religion ou la pensée spirituelle afin de trouver des réponses à une situation angoissante ? Pour le père Berthout, du diocèse de Bayeux et Lisieux, "il est encore difficile d’évaluer un regain de religiosité chez les non-croyants. En revanche, chez les croyants il y a la volonté d’approfondir leur connexion avec Dieu".

Regain de spiritualité et de solidarité chez les croyants

"J’ai contacté les responsables des communautés musulmanes et juives pour savoir ce qu’il se passe de leur côté à ce niveau là", explique le père Berthout. "Il y a dans nos trois religions, une grande solidarité entre les fidèles à l’égard des gens qui ne sont pas connectés. Une volonté de faire les courses, d’aider les mamans qui doivent tout gérer, téléphoner aux personnes âgées.» Et si selon lui, il n’est pas possible de savoir si cette période est propice au regain religieux chez les non-croyants, l’épidémie a un impact sur la religiosité des fidèles.

Si les églises restent ouvertes, contrairement aux synagogues et aux mosquées, il n’y a plus de messes, d’offices célébrées dans ces lieux. "On a mis en place un groupe whatsapp paroissial et j’ai senti un grand désarroi. Ça n’arrêtait pas d’écrire toute la journée. Je donnais des conseils spirituels", souligne le père. "Les musulmans disent la même chose. Il y a cette volonté de retrouver du sens aux choses, la prière, la lecture des textes religieux, de s’informer sur la vie des saints…" En ce sens il y a bien un "regain de spiritualité", pour le père Berthout, "les gens veulent approfondir leurs connaissances dans leur relation vivante à Dieu".

Le coronavirus, un message divin ?


"Dieu n’est pas un marionnettiste. Il n’est pas à l’origine de la crise mais accompagne la crise", déclare le père Berthout. "Dieu ne veut pas la crise mais il est là pour nous accompagner et pour susciter le meilleur de nous même", ajoute-t-il. Même son de cloche du côté de l’imam de Rouen, Bachar El Syadi. Le "message religieux" dans cette épidémie est à nuancer. "C'est une épreuve. (…) L'Humanité doit sortir de cette épreuve plus soudée. Avec réflexion et conscience, il faut penser aux plus faibles et pas seulement à ce qui nous touche directement."
 
Pour le père Berthout c’est la leçon à tirer de cette crise qui importe :

Comment notre société peut être réformée pour être respectueuse de la nature et de son rythme ? De quelle manière va-t-on vivre le jour d’après ?

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société coronavirus/covid-19 santé