La traditionnelle vente estivale de yearlings de Deauville est reportée à la rentrée

C'est un rendez-vous qui attire chaque année au mois d'août des acheteurs du monde entier. La vente de yearlings à Deauville est reportée au mois de septembre.

© Aurélie Dupléssi

Comme on dit en Normandie, c'est la crème de la crème. Chaque année, au mois d'août, à Deauville, l'élite de la production française de purs-sangs fait s'envoler les compteurs et flamber les chéquiers. Les prestigieuses ventes de yearlings organise par la société Arquana attirent les acheteurs du monde entier désireux de dénicher le futur crack des pistes. Mais cette année, le conronvirus a quelque peu chamboulé le calendrier.

 Les traditionnelles ventes de bébés pur-sang anglais n'auront pas lieu en été mais du jeudi 24 au samedi 26 septembre afin "de permettre aux acheteurs voyageant depuis les Etats-Unis, le Japon, l'Australie ou encore les pays du Golfe de participer aux trois ventes de yearlings "premium" en Europe au cours d'un unique séjour", explique Arqana dans un communiqué. 
    

"Pendant toute la période de confinement, nous avons eu des échanges avec nos vendeurs, logiquement inquiets quant aux perspectives de commercialisation de leur production. Un consensus s'est vite formé autour de la conviction que le mois d'août n'offrirait pas les conditions optimales pour mettre sur le marché les meilleurs yearlings français", fait valoir Eric Hoyeau, président d'Arqana.

 

Un record à 2,6 millions d'euros    

"On peut en effet craindre que certaines restrictions soient encore en place à cette époque concernant l'entrée dans l'espace Schengen ainsi que les déplacements au départ de pays généralement actifs à la Vente d'Août tels que les USA, l'Australie ou le Japon", ajoute-t-il, redoutant également que "les conditions d'hébergement et d'accueil ne (soient) probablement pas encore optimales en raison des mesures de distanciation (physique)".
 

Les professionnels du milieu sont prêts à débourser des sommes astronomiques pour ces futurs chevaux de course. En août 2019, une pouliche de l'étalon vedette Dubawi, provenant du haras des Monceaux en Normandie a été achetée à Deauville pour plus de 1,6 million d'euros par Godolphin, célèbre écurie de Dubaï. Le record dans la ville de Normandie, établi en 2015, est de 2,6 millions d'euros.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux nature hippisme sport