Assassinat de Samuel Paty, ils parlent d'une seule voix : "nos trois religions croient en un seul Dieu de Paix"

Ils sont chrétiens, musulmans, juifs, et ils se rencontrent régulièrement pour débattre autour d'un "café inter-religieux" à Herrouville Saint-Clair, près de Caen. Ils dénoncent l'intolérance et la violence et appellent chacun au dialogue parce que "de la discussion jaillit la lumière".

Des représentants du culte unis pour s'exprimer suite à l'assassinat de Samuel Paty
Des représentants du culte unis pour s'exprimer suite à l'assassinat de Samuel Paty © France 3 Normandie
Ils ont pris l'habitude de se rencontrer et de débattre de questions d'actualité ou du fait religieux, à Herrouville-Saint-Clair. Laurent Berthou, Khalid Bouabdallaoui, Jacques Mergy et Angélique Marty unissent leur voix et appellent à la fraternité et l'unité, après l'assassinat de Samuel Paty.

En tant que représentants des communautés religieuses du Calvados, ils ont publié un message commun dès dimanche. Après avoir exprimé "leurs condoléances  les plus profondes et leur solidarité entière à la famille et aux proches de Samuel Paty", l'enseignant du collège Bois d'Aulne assassiné vendredi, ils dénoncent l'intolérance et la violence et appellent au dialogue.
 

Ensemble, musulmans, juifs et chrétiens, nous rappelons notre engagement commun à dénoncer l'intolérance et la violence. Nous voulons promouvoir un savoir vivre ensemble au coeur de la nation française avec tous les citoyens quelles que soient leurs convictions. Nous voulons continuer à bâtir une société de dialogue, de fraternité et de justice

communiqué interreligieux des communautés du Calvados

"Quand on ne se parle pas, on fait les questions et les réponses et on finit par voir le mal en l’autre "

"Au sein du café interreligieux, on parle de la mort, de la fin de vie, de thèmes religieux (comme la place de Jésus dans chaque religion) des thèmes d’actualité aussi" précise Angélique Marty ."Le dialogue, c’est ce qui permet de faire tomber les barrières, les malentendus. Même entre proches quand il y a une dispute, un malentendu, il suffit de se parler souvent pour arranger les choses", explique Angélique Marty, responsable du dialogue interreligieux pour l'Association islamique et culturelle du Calvados. "J’ai une culture française, j’ai été élevée dans une famille catholique pratiquante et j’ai choisi l’islam. Je me sentais à une place privilégiée, peut-être, pour faire des ponts".
 

On a parlé plusieurs fois de la violence dans la religion. On tient vraiment à la liberté d’expression, il n’y a pas de tabous, toutes les questions sont les bienvenues. Et c’est vrai que quand on aborde ce genres de thèmes ou encore la place de la femme dans la religion, on n’est pas ménagés par les questions et c’est bien, c’est normal.

Angélique Marty

 "Quand je me suis engagée dans ce dialogue (inter confessionnel) il n’y avait pas tous ces attentats" se souvient Angélique Marty, "depuis le 11 septembre 2001, c’est vraiment à ce moment-là qu’il y a eu des répercutions en France. On ne peut pas laisser la haine comme çà prendre racine entre les uns et les autres, parce que quand on ne se parle pas, on fait les questions et les réponses et on finit par voir le mal en l’autre et faire des amalgames.

"Les amalgames c’est terrible" continue-t-elle, "parce que c’est mettre tout le monde dans un même bloc alors qu’un être humain c’est très complexe. Notre environnement, notre éducation, notre héritage (choisi ou pas) entre en jeu. La religion peut être un élément de tout çà mais ce n’est pas non plus ce qui nous identifie complètement. On ne peut pas mettre tout le monde dans le même panier, « les occidentaux » « les musulmans » « les croyants » « les non-croyants ».
Angélique Marty, Responsable du dialogue interreligieux pour l'Association islamique et culturelle du Calvados
Angélique Marty, Responsable du dialogue interreligieux pour l'Association islamique et culturelle du Calvados © France 3 Normandie

"Il faut rester optimiste et garder le cap pour dire non à la haine, non à la division, on est des êtres humains tous ensemble et il y a moyen de vivre bien ensemble malgré tout" estime Angélique Marty.

"Dieu nous a créé libre de croire, de ne pas croire, de se moquer ..."

"Je crois profondément à la Liberté, que Dieu nous a créé libre, de croire de ne pas croire, de se moquer. De tous temps les prophètes ont été moqués, fustigés" rappelle Angélique Marty. "Quand on croit que Dieu est si grand qu’il a créé les Cieux et la Terre, il a pas besoin de nous pour le défendre. Ce qu’il attend de nous c’est pas çà, c’est de faire en sorte que cette Terre qu’il a créée et qui est magnifique, c’est qu’elle soit belle et qu’on soit bien ensemble".

"Les relations humaines c’est quelque chose de beau quand ça se passe bien et que c’est dans l’amitié et la fraternité. C’est un peu le sens de ma vie aussi. Je me dis on va mourir, çà c’est une certitude, mais au moins qu’on laisse quelque chose de beau derrière soi. Là, à notre niveau dans notre petit café, c’est pas un Zenith hein, mais il faut quand même le faire. Si on peut toucher quelques personnes on arrivera à un effet positif".
 

"De la discussion jaillit la lumière"

"Le café religieux, c'est fait pour échanger. Il faut être tolérant à l’égard des autres", explique Jacques Mergy, Président d'honneur de la communauté juive de Caen, "de la discussion jaillit la lumière"

"Le judaïsme repose sur trois principes : la pensée, le dialogue et l’action. Penser sans agir c’est pas suffisant et agir sans penser c’est pas bien. Donc il faut à la fois penser et agir, et le tout avec au milieu le dialogue, pour voir et connaître l’autre également".
 

La personne qui est en face de vous a aussi son libre arbitre, c’est-à-dire qu’elle est libre de penser différemment de vous.

Jacques Mergy


"Dans le judaïsme, ce qui est important, c’est qu’on est contre le totalitarisme, contre la pensée unique" rappelle Jacques Mergy, "vous pouvez pensez totalement différemment de moi, sans que j’ai à votre égard une quelconque animosité."

L'assassinat de Samuel Paty, "c'est un cas isolé, c’est un cas d’extrémiste, qui ne représente pas, en aucune manière, le courant musulman que je connais et avec lequel nous avons d’excellentes relations. C’est pas parce que vous avez un fruit qui est mauvais qu’il faut abattre l’arbre."

 
 
Jacques Mergy
Président d'honneur de la communauté juive de Caen
Jacques Mergy Président d'honneur de la communauté juive de Caen © France 3 Normandie


"Nos trois religions croient en un seul Dieu qui est un Dieu de Paix"

"Cet attentat, ce meurtre est d’une lâcheté absolue et il n’a rien à voir avec la religion musulmane bien évidemment" rappelle le Père Laurent Berthout porte-parole du Diocèse de Bayeux et Lisieux, "C’est un pêché contre Dieu, une atteinte à Dieu et la dignité humaine. "Il faut lutter contre le terrorisme parce que ce sont des gens qui veulent mettre la main sur Dieu. Les terroristes cherchent à faire dire à Dieu des choses qu’il n’a jamais dite et jamais pensé. Parce que Dieu est au service de l’Humanité pour que l’humanité grandisse dans la paix et la fraternité et la Justice."
 

L’Islamisme cherche à manipuler les musulmans et nous-même en disant "vous voyez bien, ils ne sont pas acceptés par la société, donc il faut qu’ils se rebellent contre la société". Et nous, nous avons nos propres extrémismes qui disent : "vous voyez bien les musulmans comment ils sont, alors il faut surtout pas avoir de relations avec eux...' 
La réponse à ça, c’est dire, au contraire, nos trois religions sont faites pour s’entendre et faire partie de la même société.

Père Laurent Berthou


"Le dialogue interreligieux est tout à fait naturel pour nous tous" rappelle le Père Laurent Berthout porte-parole du Diocèse de Bayeux et Lisieux. "Nos trois religions croient en un seul Dieu qui est un Dieu de Paix. Nous sommes tous frères et sœurs d’une même humanité, comme le dit le Pape François. Nous avons tous bien sûr des différences dans notre expression de foi, nous avons des différences dans nos théologies mais ce qui fait le socle commun, c’est que d’abord nous faisons partie de la même humanité et nous faisons partie d’un même pays, d’une même nation, et dans une nation les hommes et les femmes se parlent, ont des activités en commun et cherchent à mieux se connaître et à établir des ponts entre nous". "A partir du moment où des personnes n’acceptent plus ce pacte, je dirais républicain, ça devient dramatique, on le voit, ca finit par des attentats, par des meurtres et pour résister à tout cela il faut poursuivre les criminels d’une part et d’autre part pour nous, continuer à dialoguer."
Père Laurent Berthout, porte-parole du Diocèse de Bayeux et Lisieux
Père Laurent Berthout, porte-parole du Diocèse de Bayeux et Lisieux © France 3 Normandie
 

Savoir rire ensemble c’est important. Nous avons dans nos trois religions beaucoup d’humour, nous avons je crois beaucoup d’autodérision et çà c’est important aussi de pouvoir en témoigner. Autant du sérieux de nos fois propres mais aussi de nos capacités à rire de nous-même.

Père Laurent Berthou

 

"C’est important de montrer qu’il n’y a pas de différence de religion "

"C’est important de montrer qu’il n’y a pas de différence de religion" estime Khalid Bouabdallaoui, secrétaire général de l'Association
islamique culturelle du Calvados. "On est des citoyens avant tout. Hormis la religion, qui est dans la sphère privée, on se côtoie, on a d’excellentes relations avec les israélites, les chrétiens, les protestants."

Il est important de montrer que cet acte odieux ne peut être justifié au nom d’une religion ou d’une idéologie. C’est important de montrer qu’on est unis, que rien ne peut nous diviser. Pour faire barrage à tous les discours qui veulent instrumentaliser cette tragédie pour nous diviser.

Khalid Bouabdallaoui

 
Khalid Bouabdallaoui, Secrétaire général de l'Association islamique culturelle du Calvados
Khalid Bouabdallaoui, Secrétaire général de l'Association islamique culturelle du Calvados © France 3 Normandie

"Personne ne peut représenter une religion" tient à souligner Khalid Bouabdallaoui ,"on peut les appeler des forcenés, on peut les appeler comme on veut, mais personne ne peut représenter la religion par ces actes. Nous condamnons sans appel. Rien ne justifie le meurtre.
 

On a le droit de ne pas aimer les caricatures. On peut les détester même mais on ne peut pas justifier de commettre un acte abjecte comme celui-là.

Khalid Bouabdallaoui
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société