Mort d'Elizabeth II : La reine, passionnée de chevaux, reçue dans les haras normands

"J’ai un souvenir formidable d’une personne qui, certes, était la reine. Il y avait un protocole, mais elle faisait oublier autour d’elle tout cela. C’était une personne comme vous et moi, elle était simple, gentille et elle parlait avec tout le monde. On a été uni par le cheval."

La passion du cheval a mené les pas de la reine jusqu'au haras du Quesnay, à Vauville (près de Deauville). L'un de ses amis, Alec Head, s'y est installé. Lui est devenu l'un des éleveurs de chevaux de course les plus réputés au monde. La dernière visite de la reine au haras a eu lieu en 2004, lors des commémorations du 60e anniversaire du Débarquement.

La fille d'Alec Head, Christiane Head, se souvient de l'une des visites royales au haras. "J’ai un souvenir formidable d’une personne qui, certes, était la reine, il y avait un protocole, mais elle faisait oublier autour d’elle tout cela. C’était une personne comme vous et moi, elle était simple, gentille et elle parlait avec tout le monde. [...] on a été uni par le cheval. "

Christiane Head a été entraîneuse et a remporté de nombreuses courses prestigieuses. "Lors d'une victoire à Ascot, on m'a demandé de prendre le thé avec la reine. J'ai aussi déjeuné et diné avec la reine. Mes parents étaient amis, ils sont allés plusieurs fois à Windsor...j'ai eu l'impression de perdre quelqu'un de ma famille".

Autre décor. Cette fois-ci, c'est au haras de Sassy que les souvenirs remontent à la surface. La reine a passé ici 3 jours, en mai 1967. Le duc d'Audriffret-Pasquier a présenté certains de ses étalons à Elizabeth II, venue faire le tour des haras normands. Elle a notamment fait escale au haras du Pin, laissant derrière elle les photos de ses sourires. 

Caroline guide dans les appartements les Anglais venus découvrir la chambre où a dormi la reine. Elle l'affirme : "On voit que sur toutes ses photos, elle est souriante; elle le dit dans dans la lettre qu'elle a laissée : dans sa vie si « busy », si occupée, pour elle c’était merveilleux de pouvoir faire un voyage comme ça pendant 3 jours, de vivre sa passion. "

 La passion d'Elizabeth II pour le cheval se chiffre aussi en gains : 8 millions d'euros. C'est ce que lui ont rapporté ses galopeurs. Un hôte de marque est d'ailleurs hébergé dans le Pays d'Auge. "Recorder" est l'étalon confié par la reine au haras de Montfort et Préaux à Livarot. Au total, l'écurie de la sa Majesté compte une trentaine de purs sangs.

Le maire de Deauville, Philippe Augier, a rencontré aussi Elizabeth II. Il raconte : " ce qui m'a sidéré, c'est sa connaissance du cheval, des modèles de chevaux et de leurs origines. Elle pouvait parler pendant des heures de leurs pedigrees. Elle connaissait les croisements génétiques et était capable de reconnaître un cheval qui avait une chance de devenir un cheval de course."

On est loin du tout premier poney dénommé Peggy, que la princesse Elizabeth avait reçu à l'âge de 4 ans. Un cadeau de son grand-père paternel le roi George V.