Covid-19: une tension hospitalière élévée en Normandie et des patient des Hauts-de-France transférés ces derniers jours

Le taux d'incidence régionale est dans le rouge et la tension hospitalière reste forte avec une augmentation des cas de covid-19 en réanimation. L'Agence Régionale de Santé Normandie confirme le transfert ces derniers jours de 5 patients des Hauts- de-France à Caen, au Havre et à Cherbourg.

Photo d'illustration- 5 évacuations sanitaires des Hauts-de-France vers Le Havre, Caen et Cherbourg ces derniers jours
Photo d'illustration- 5 évacuations sanitaires des Hauts-de-France vers Le Havre, Caen et Cherbourg ces derniers jours © Richard Mouillaud/Maxppp

C'est peut-être devenu une routine, mais elle plonge nos hôpitaux dans un tension permanente. Le nombre de patients en réanimation augmente ( +22 personnes cette semaine) et des évacuations sanitaires ont permis à des malades des Hauts-de-France d'être soignés en Normandie.

Au 7 mars, 1 219 personnes sont hospitalisées pour COVID-19 (contre 1221 le 27/02) dont 143 en réanimation (contre 121 le 27/02). Le nombre de séjours en réanimation est en forte hausse, et ce dans tous les départements : + 22 patients depuis le dernier point.

Agence Régionale de Santé - Normandie

Cinq transferts ont eu lieu ces derniers jours, selon l'ARS. Sont comptabilisés dans ces nouveaux cas de réanimation : des patients Covid des Hauts-de-France pris en charge dans les services de réanimation du Groupe Hospitalier du Havre, du CHU de Caen, de la clinique Saint-Martin (Caen) et du Centre Hospitalier Public du Cotentin (Cherbourg).

Un taux d'incidence qui augmente fortement partout : + 12 points

Le nombre de cas pour 100.000 habitants, qu'on appelle taux d'incidence, est en "forte progression", affirme l'ARS Normandie. Le taux d’incidence régional continue de progresser pour atteindre 183,6 (contre 171,8 le 01/03), soit une hausse de 12 points en une semaine.

Mais par département c'est l'Orne qui fait un bond cette semaine et le Calvados.

Dans l'Eure ce taux d'incidence est de 242 ( plus fort de la Région depuis un certain temps avec la Seine-Maritime qui reste très haut à 208,9). Il est de 147,9 dans le Calvados, 176,9 dans l'Orne et 101 dans la Manche.

Cette tendance à la hausse est particulièrement marquée dans les départements de l'Orne qui progresse dans l’intervalle de plus de 40 points, ainsi que dans le Calvados (+25 points) et l’Eure (+20 points). La Seine-Maritime progresse moins vite mais son incidence est déjà la plus forte de la région après l’Eure.

ARS- Normandie

En Normandie, sur la première semaine de mars, 49,3 % des tests de première intention positifs (test RTPCR et antigéniques) ont été associés à un test de criblage. Parmi eux, 66 % correspondaient à une suspicion de variant britannique et 2,7 % à une suspicion de variant Sud-africain ou brésilien, selon Santé publique France

"Au total, la semaine passée, ce sont plus de 81.000 tests qui ont été réalisés en Normandie, dont 6.066 positifs (taux de positivité en hausse : 7,5% - contre 6,4% lors du précèdent point de situation)."

 

Plus de 340.000 vaccins réalisés au 8 mars

Qui est prioritaire : comment s'y retrouver
Qui est prioritaire : comment s'y retrouver © ARS

Il y a des premières et des deuxièmes injections en cours, dans la région. Au 8 mars :  340.773 injections effectuées (218.628 primo injections et 122.145 secondes injections). Des vaccinations ont lieu désormais le week-end.  Très rapidement, les pharmacies pourront vacciner et il est toujours possible de demander à son généraliste, si on entre dans la liste des catégories prioritaires. 

En Normandie, 1.205 médecins généraliste contribuent au déploiement de la vaccination dans la région et ont déjà réalisés 21 241 injections, selon l'ARS. 94% des résidents d’EHPAD / USLD ont reçu la 1ère injection et 77% la 2nde.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société