A Broglie (27), un studio d'enregistrement pour des artistes qui veulent se mettre au vert

Publié le
Écrit par Maxime Fourrier

Entouré de champs, le studio de la Vimondière permet aux artistes de travailler au calme et à n'importe quelle heure du jour et de la nuit. Installé depuis 6 ans à Broglie, Vincent Liard accueille de plus en plus de groupes venus de la région parisienne.

C'est perdu au milieu des champs, loin du centre-bourg de Broglie que le studio de Vincent Liard est installé. Depuis six ans, l'ingénieur du con normand accueille des groupes qui souhaitent enregistrer leurs EP ou carrément leur album en entier. En tout ce sont dix albums qui sont sortis de ses studios depuis trois ans. "Ce sont souvent des musiciens urbains qui souhaitent se mettre au vert pendant trois jours ou plus, parfois une ou deux semaines, pour pouvoir se consacrer uniquement à la musique, explique Vincent Liard, ici les conditions sont bonnes, le matériel est de super qualité."

Composer, enregistrer, créér... en quasi autarcie

Aucune habitation à des centaines de mètres autour de la longère de Vincent Liard. Le calme plat. Seuls quelques poules et des chevaux rappellent aux musiciens qu'ils ne sont pas seuls. "Le studio est vraiment bien équipé, on peut ramener notre propre matériel", souligne Quentin Dary, batteur du groupe The Lance Vance Vengeance, venu une semaine en résidence. Mais ce qui a véritablement séduit le groupe de rock alternatif parisien c'est la quiétude de l'endroit : "On peut se poser sans bruit, avoir le temps de réfléchir, de composer. Et puis, on peut autant de bruit que l'on veut, même à 3h du matin et ça, ça vaut tout l'or du monde pour un musicien, poursuit Quentin Dary".

Le studio de la Vimondière à Broglie

Le groupe parisien a déjà enregistré un album dans les locaux de Vincent Liard et s'est déplacé cette fois-ci pour déconnecter et travailler de nouveaux sons. L'aspect financier pèse également dans la balance, en louant les studios de Vincent Liard une centaine d'euros par jour (en fonction des prestations), les musiciens payent quatre à cinq moins cher qu'en région parisienne. D'ailleurs, l'ingénieur du son souligne que la majorité de ses clients viennent de la capitale.