A Chambray (27), une antenne 4G sème la discorde

"Non aux bords de l’Eure défigurés". Tel est le slogan scandé par les opposants au projet d’Orange d’implanter une antenne de 42,5 m de haut à l’entrée du village.

Futur emplacement de l'antenne 4G Orange à Chambray
Futur emplacement de l'antenne 4G Orange à Chambray © FTV

"Chambray (27120) est un charmant petit village de la vallée d’Eure : maisons basses, lavoirs le long de la rivière, vieilles pierres, toitures et façades surveillées par les bâtiments de France." 

C’est en ces termes que débute la pétition, lancée en ligne en décembre dernier par le Collectif Chambray Citoyen et qui recueille à ce jour 740 signatures.

Ce qui agace ces citoyens c’est le projet de l’opérateur Orange d’installer une antenne 4G de 42,50 mètres, face aux bords de l’Eure, à l’entrée du village. "Soit la hauteur d’un immeuble de 14 étages" soulignent les auteurs de la pétition.

Photo montage du Collectif Chambray Citoyen pour figurer la future antenne 4G d'Orange
Photo montage du Collectif Chambray Citoyen pour figurer la future antenne 4G d'Orange © Collectif Chambray Citoyen

Et d’ajouter

"Un pylône géant en treillis, semblable aux derricks des puits pétroliers, qui défigurera à jamais le paysage bucolique dont bénéficient les habitants, leurs visiteurs et les touristes. C’était bien la peine d’enterrer les fils électriques !"

Un déni de démocratie ?

Le ton est monté d’un cran en ce début d’année. Une mobilisation s’est tenue ce samedi après-midi. Et pour figurer ce qui d’après eux va défigurer leur paysage, les membres du collectif ont gonflé des ballons à l’hélium en lieu et place de la future antenne.

A Chambray (27), une antenne 4G sème la discorde

 

" Nous ne sommes pas dans une zone blanche" affirme Didier Schwartz. "Je travaille beaucoup par internet et je ne rencontre pas de problème de connexion".

Pour lui, c'est un déni de démocratie. "J’ai voté pour la maire en place et je me rends que j’ai été trompé. En 2018, quand elle a reçu le projet d’orange, elle n’a jamais évoqué sa hauteur aux administrés. Or, il existe déjà une antenne de 6-8 mètres. Personne n’aurait pu imaginer que la nouvelle ferait 42,50 mètres. On se moque de nous".

Pas de volonté d'occulter les faits 

Du côté de la mairie, Didier Raulain, le premier adjoint, reconnaît une erreur dans la communication. Il réfute l’idée qu’il s’agit d’une tentative d’occulter la vérité aux administrés.

"Cette antenne, c’est une demande d’Orange. A cette époque, les administrés avaient un besoin de connexion car la téléphonie était très mauvaise à l’intérieur des domiciles" précise-t-il.

La mairie affirme n’avoir eu aucune raison à l’époque de donner un avis défavorable puisque le projet était conforme à la réglementation.

"La loi ELAN nous empêche aujourd’hui de revenir en arrière. Seuls les administrés peuvent désormais déposer un recours" conclut le premier adjoint.

Une démarche que le collectif est déjà en train d’étudier. Les travaux devraient débuter au cours du premier semestre de cette année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société environnement écologie polémique téléphonie économie