• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Ils sont arrivés au Cambodge il y a un mois : les étudiants infirmiers d'Évreux racontent

© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge
© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

Manon, Marine et Julien sont arrivés à Phnom Penh, capitale du Cambodge il y a un mois. Riches de leur expérience, ils nous racontent ces 30 premiers jours dans un hôpital si différent des établissements de santé français.

Par Maxime Fourrier

Manon, Marine et Julien sont trois étudiants-infirmiers en mission humanitaire au Cambodge. Originaires d'Evreux, ils travaillent dans l'hôpital de Phnom Penh, capitale du pays. Ils sont partis depuis le 18 novembre 2017 et devrait rester sur place encore trois semaines. 

Les trois infirmiers ont dû s'habituer aux habitudes locales : déplacements en tuk-tuk, monnaie locale (le riels) et la langue très difficile à comprendre. A leur arrivée, ils ont découvert l'hôpital et le service urologie auquel ils sont affectés. Et, au programme du premier jour : pliage de compresses afin qu'elles puissent être stérilisées ensuite.

© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge
© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

Les jours passent et la seconde semaine du voyage humanitaire aussi. Marine, Manon et Julien ont continué le pliage des compresses et des réfections de pansements, des préparations d'antibiotiques, antalgiques et autres médicaments. Les trois Ébroïciens ont également fait des injections et des prélèvements sanguins.
Autre moment riche en émotion, ils ont assisté à une biopsie. Et, avec le choc des cultures, ils ont été marqués par la souffrance du patient. Ce dernier était uniquement soulagé avec du paracétamol et d'autres médicaments légers. Les trois infirmiers se font les témoins du manque de moyen dont disposent les médecins sur place.


On a pu observer que les habitants ne disposent pas d'assurance et ni de couverture sociale


Au cours de leur aventure, ils se retrouvent confrontés à des situations difficiles. L'opération, par exemple, d'une fillette de 6 ans par des médecins américains. La petite fille avait quatre de ses doigts collés entre eux. 
Marine, Manon et Julien ont aussi profité du voyage pour faire don de leur sang. Une première pour ces trois infirmiers qui entendent renouveler l'expérience à leur retour en France.

© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge
© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

Marine, Manon et Julien ont profité de leur voyage pour emporter avec eux des médicaments et des cadeaux pour les enfants cambodgiens. La distribution a eu lieu dans un dispensaire et un orphelinat. Ils ont accueilli plus de 250 malades auxquels ils ont distribué des médicaments, des brosses à dents ou encore des vêtements. Les enfants ont profité de jouets, de coloriages et de crayons. 


© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge
© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

Les trois Normands profitent de leur temps libre pour visiter le pays. Découverte de la capitale, des coutumes, de la gastronomie et visites historiques. Le programme est chargé et ils ne comptent pas perdre leur temps.

© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge
© Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

Toutes les photos et les détails de leur périple est à retrouver sur leur blog Les blouses blanches à la conquête du Cambodge

A lire aussi

Sur le même sujet

Rencontre au Havre entre E.Philippe et D.Medvedev

Les + Lus