En janvier 1985, le mercure descendait beaucoup plus bas en Normandie qu'aujourd'hui

Publié le Mis à jour le

Depuis le début de la semaine, une vague de froid s'est abattue sur la France. Son intensité est toutefois à relativiser. Il y a plus de 30 ans, presque jour pour jour, le mercure est descendu beaucoup plus bas dans la région.

Doit-on parler d'une vague...ou d'une vaguelette ? Depuis ce lundi soir, le froid s'est abattu sur la France. La chute du mercure devrait se poursuivre ce mercredi et s'étendre à des régions comme la Bretagne jusqu'à présent relativement épargnée. Cet épisode est, selon Météo-France, sans précédent depuis 2012. Néanmoins, il n'a rien d'exceptionnel. "Il faut relativisier", indique à l'AFP Patrick Gallois, prévisionniste à Météo-France, "C'est un bon coup de froid. Ce même jour, le 17 janvier 1985, il faisait -23 à Nevers, -19 à Lille, -17 à Lyon, -14 à Paris, -10 à Marseille..."



Avec le mois de février 1956, le mois de janvier 1985 constitue en effet l'une des vagues de froid historiques. "En ce début d'année 1985, après quelques épisodes neigeux, un flux de nord à nord-est se met en place, entre des basses pressions situées sur l'Europe et des hautes pressions sur le nord de l'Atlantique. Ce flux dirige sur la France des masses d'air glaciales en provenance de l'Arctique", raconte sur son site Météo-France dans un article consacré à cet épisode. Conséquence: le mercure opère alors une chute vertigineuse et ce, dans toutes les régions. Ainsi, le 8 janvier, il descend jusqu'à -19,6 degrés à Caen.



Les journaux télévisés de l'époque témoignent de la violence de cet épisode qui dura deux longues semaines, du 3 au 17 janvier. Dans le Soir 3 du 15 janvier 1985 (ci-dessous), le présentateur clôt le bulletin météorologique par des images de la Normandie et plus particulièrement de la Presqu'île du Cotentin "presque paralysée depuis 24 heures où de la galce commence à se former dans le port de Cherbourg". Le journaliste indique que "tous les axes routiers sont bloqués" et qu' "il a fallu remplir les cuves de fioul de l'hôpital de Cherbourg avec l'aide de la Marine nationale".





Le Soir 3 du 15 janvier 1985 (Archives INA): la météo à partir de 12.21





Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité