80 ans du Débarquement. Des parachutistes envahissent le ciel au-dessus des marais de la Fière

Ce dimanche 9 juin marque la dernière journée de la grande période des commémorations du 80ème anniversaire du Débarquement. Les parachutages sur les marais de la Fière étaient l'un des événements les plus attendus. Le spectacle était impressionnant !

C'est un spectacle magique. Le ciel est envahi par des parachutes. Les chuteurs semblent être dans leur élément. Quand on les regarde, ils ont l'air si agile, si léger : "Mais regardez ça, c'est impressionnant, c'est magnifique", nous dit un curieux venu voir la scène, les yeux vers le haut.

Hommage à plus de 14 000 soldats américains

Des sauts de plusieurs dizaines de mètres de haut pour rendre hommage aux plus de 14 000 soldats américains parachutés dans la zone de Sainte-Mère-Eglise dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 pour protéger le secteur d'Utah Beach. Leur mission était d’enrayer les contre-attaques allemandes en direction des plages.

Les régiments de la 82ème Airborne (division aéroportée) commandée par le Général Ridgway et de la 101ème Airborne du Général Taylor sont parachutés successivement entre Sainte-Mère-Eglise et Carentan. Ce sont notamment les terrains inondés qui impliquaient une puissante attaque aéroportée.

La plage d’Utah Beach, appelée autrefois la Madeleine à Sainte Marie du Mont, a été ajoutée plus tard à l’Opération Overlord. En effet, seul le port en eaux profondes de Cherbourg était capable d’accueillir le ravitaillement nécessaire à la Bataille de Normandie.

Au total, 811 avions C-47 larguent 14 238 hommes sur la côte est du Cotentin, établissant une tête de pont à Sainte-Mère-Eglise. Le Parachutage de milliers d’hommes sur les côtes de la Manche annonçait le début du débarquement en Normandie : "Voir ce ciel avec tous ces parachutes donne l'impression de revivre ce que ces soldats ont vécu ! C'est touchant... Bon même si c'est vrai qu'il n'y avait pas tout ce folklore", explique un visiteur.

Jour de fête à la Fière

En effet, il faut dire qu'en ce dimanche 9 juin, l'ambiance est festive. "Gory, gory, what a hell of a way to die", peut-on entendre. C'est la chanson des paras américains "Blood on the risers" qu'entonnent ensemble parachutistes, reconstitueurs et vétérans à La Fière. On voit des beaux sourires sur les visages et puis forcément de l'émerveillement : "On fête l'incroyable aujourd'hui : la libération !", lance une personne qui assiste aux largages. Du monde à La Fière et à Picauville également. Les enfants sont heureux, c'est l'occasion pour eux d'une petite tape dans la main des chuteurs.

Les vétérans sont aussi de la partie ! Ils rencontrent les soldats d'aujourd'hui et le public : "On vit dans la région depuis plusieurs années et ce n'est pas tout les jours qu'on voit ça. Les parachutes et aussi les vétérans, c'est chouette !", confie une habitante de la Fière.

Les 1 311 parachutages du jour viennent clore les dix jours d'hommages et commémorations du 80ème anniversaire du Débarquement. Au total 50 000 personnes sont au rendez-vous. Des tables, des chaises, des glacières partout pour une fête populaire. Et il fallait se lever tôt pour avoir sa place : "Nous sommes là depuis 8h00, on a pris les petites chaises qui vont bien et le pique-nique, il fait beau et on peut le dire le ciel est magnifique avec ces parachutes".

De nombreux bouchons se sont formés sur les routes menant aux marais de la Fière, certains ont préféré rebrousser chemin. D'autres ont attendu et ont vu le spectacle de loin. Mais pour tous ceux qui ont pu atteindre leur destination, ce moment restera gravé dans leur mémoire.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité