REPLAY - Elections municipales 2020 à Avranches : l'essentiel du débat du second tour

Ce second tour à Avranches prendra finalement la forme d'un duel. Des trois candidats à briguer la mairie au premier tour, ils ne sont plus que deux aujourd'hui. Ils ont débattu pendant près de 30 minutes sur le plateau de France 3 Normandie. Retour sur ce qu'il ne fallait pas rater.
David Nicolas et Guénhaël Huet sur le Plateau de France 3 Normandie pour le débat du second tour de ces élections municipales 2020
David Nicolas et Guénhaël Huet sur le Plateau de France 3 Normandie pour le débat du second tour de ces élections municipales 2020 © France TV

Les âmes poètes parlent d’Avranches comme du plus beau balcon sur la baie du Mont Saint-Michel. Cette « commune nouvelle » englobe la commune  de Saint-Martin-des-champs depuis 2019, elle compte aujourd’hui 10 500 habitants. 

Entre l’amélioration de l’accès à la santé, l’attractivité, le logement, et l’aménagement du centre ville, les sujets de débat n’ont pas manqué entre les deux candidats. 

Pour rappel, le maire sortant David Nicolas est sorti en tête du premier tour, avec 48,74 % des voix, Guénhaël Huet est arrivé en deuxième position avec 28,22 % des voix et Antoine Delaunay avait obtenu 23,04 % des suffrages. Les trois listes initiales s’étaient donc qualifiées pour le second tour.

 

Un véritable duel !

« Notre décision est unanime. C’est à la fois celle de la raison et celle du cœur. Celle du respect de nos engagements et celle de la préservation de la valeur de la parole publique »

Antoine Delaunay

Le 30 mai dernier, Antoine Delaunay à la tête de la liste « Faire ensemble et construisons Avranches Saint-Martin » annonce qu'il jette l'éponge en précisant que lui et son équipe ont refusé toute fusion éventuelle avec une autre liste.

Moralité, la triangulaire annoncée par les résultats du 15 mars se transforme finalement en duel, et pour une fois le mot n'est pas trop fort.

Leur rivalité a pris une dimension importante en 2014, lorsque David Nicolas a ravi son trône à Guénhaël Huet, lors des dernières élections municipales. Après deux mandats, l'ancien député-maire s'est fait surprendre et ne s'en est jamais remis.

Depuis les deux hommes s'opposent au sein du conseil municipal sur presque tout, et admettent volontier qu'ils n'ont aucun point communs.

 

Revoir le débat des deux candidats d'Avranches

Débat Municipales Avranches 16 juin 2020

 

L'essentiel du débat du second tour à Avranches

Tout d'abord les éléments sur lesquels les candidats sont d'accord.

la crise sanitaire du covid-19 a totalement modifié la physionomie de ces élections et le confinement a permis de mieux se rendre compte de l'importance et du rôle du maire. Une notion qui fait évidemment consensus auprès des deux candidats.

Autre projet présent dans les deux programmes: la mise en place d'un budget participatif, soit la possibilité de financer un ou plusieurs projets directement décidés par la population. Chacun prétent être l'inventeur du concept et chacun semble avoir sa recette pour le mettre en place.

Désaccord n°1: La crise sanitaire

Je n'ai rien dit pendant tout le confinement

Guénhaël Huet

Contrairement à ce à quoi nous aurions pu nous attendre les deux candidats ont assez peu abordé la gestion de la crise d'un point de vue économique. Pas de débat, donc, sur les potentielles aides que peut apporter la ville d'Avranches aux entreprises en difficultés. 

Ce sont les masques et leur distribution qui ont été l'objet de la discussion lors de ce début de débat. Guénhaël Huet a reproché à la mairie actuelle de se synchroniser avec le département pour la fourniture des masques. Un manque d'anticipation, selon lui qui a entrainé une distribution trop tardive et inutile.

En réponse à la critique monsieur le maire expliqe avoir trouvé un fournisseur local qui lui a permis de compenser le retard.

La critique est facile lorsqu'on n'est pas aux manettes

David Nicolas

Désaccord n°2: l'attractivité

Au départ les deux candidats sont d'accord: la ville d'Avranches doit améliorer son attractivité. Les solutions pour y arriver sont par contre assez différentes.

Pour David Nicolas la clef de l'attractivité réside dans l'amélioration du cadre de vie, l'aménagement urbain, parcs, jardins, terrasses, et un tissu associatif dynamique (près de 200 associations actives à Avranches) grâce aux subventions.

Pour Guénhaël Huet la vérité est ailleurs, il faut améliorer le réseau ferroviaire en visant quatre dessertes par jour à la gare d'Avranches sur la ligne Rennes-Caen. Il a également insité sur le développement du numérique et la disaprition des zones blanches.

Désaccord n°3: la santé

Six médecins généralistes vont prendre leur retraite dans les mois à venir

Guénhaël Huet

A Avranches comme ailleurs le nombre de médecins diminue. Si le personnel médical présent dans les deux hopitaux, privé et public, représente un millier de personnes, les médecins généralistes se font de plus en plus rares. David

Nicolas préconise un remplacement des médecins qui prennent leur retraite par des jeunes professionnels. Des remplacements qu'il affirme être pour la plupart déjà réalisés. 

Pour Guénhaël Huet la solution doit obligatoirement passer par la création d'une maison médicale à Avranches, à l'instar de celles qui avaient été créées à Ducey et à Sartilly pendant ses deux mandats de maire.

Désaccord n°4: le logement

Le problème du logement découle là aussi d'un constat sur lequel s'accordent les deux candidats: il est difficile de se loger à Avranches, la ville manque de logements sociaux.

Pour Guénhaël Huet ce manque se fait surtout ressentir au niveau des logements sociaux individuels (1300 logments sociaux collectifs à Avranches contre 200 logements individuels). Le Candidat projette donc de construire des logements individuels s'il est élu.

David Nicolas s'appuie quant à lui sur la rénovation de l'existant. Il met en avant un premier bilan: les 120 logements sociaux vacants en 2014 sont tous occupés aujourd'hui, après avoir été rénovés.

Stratégie de campagne

Plusieurs autres sujets opposent les deux hommes, par exemple la construction ou non d'un stade, la création ou non d'une grande salle de spectacle. En revanche les deux candidats espèrent attirer un plus grand nombre d'électeurs aux urnes le dimanche 28 juin. Chacun déplore le taux de participation au premier tour qu'ils jugent trop bas (45,15%), tous les deux pensent qu'un meilleur taux de participation leur sera profitable.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections