Visée par un tir de fusil, la mosquée de Cherbourg réclame justice : "Ce fait ne doit pas être banalisé"

L'association qui gère le lieu de prière a porté plainte contre X. Son avocat espère que l'enquête permettra d'identifier l'auteur du coup de feu. Cette semaine, les fidèles ont quand même pu célébrer l'Aïd-El-Fitr qui clôt le mois du ramadan. "On est très surpris. Ça se passe très bien avec le voisinage". La mosquée est sous surveillance.

Le coup de feu remonterait à la nuit de dimanche. Les fidèles en ont découvert l'impact lundi matin. Selon le parquet de Cherbourg, le portail a été atteint par une balle de fusil de chasse. "Cela ne doit pas rester impuni. Il faut condamner fermement cet acte", estime aujourd'hui Me David Noël, l'avocat de l'association de la mosquée. 

Une plainte contre X a été déposée avec l'espoir que les investigations menées par la police nationale permettent "de retrouver l'auteur des faits". L'avocat ajoute : "S'il est découvert et s'il y a un procès ou une instruction, la mosquée se constituera partie civile. Elle aura je pense le soutien de la Licra puisqu'un signalement lui a été fait".

L'Aïd sous protection policière

Mercredi, les fidèles ont tenu à venir en nombre célébrer l'Aïd. "C'est la journée de la tolérance, du partage, de la convivialité, du respect du voisin, du respect des parents", rappelle Omar Charaf, président de l'association culturelle de Cherbourg. À l’extérieur du bâtiment, la police assurait la protection des lieux.

Cet acte de malveillance a été accueilli avec consternation dans une ville où la communauté se sent bien intégrée. "Moi, ça fait des années que je suis là. Tous les gens qui nous connaissent nous disent : vous êtes extraordinaires", explique un fidèle désemparé.

Ce tir sur le portail intervient quelques mois après l'inscription de menaces de mort sur les murs du bâtiment. "Il y a eu les tags il y a trois mois. Ça reste des tags. Mais là, quand on en arrive aux armes à feu, on commence à être très inquiet. On se dit : c’est quoi la prochaine étape ? ", s'inquiète Omar Charaf.

En attendant l'aboutissement de l'enquête, l'association de la mosquée a décidé de renforcer la sécurité des lieux. Des caméras de surveillance vont être prochainement installées. La mosquée compte maintenant sur la justice pour ramener la sérénité.