Cet article date de plus de 4 ans

Explosion à la centrale nucléaire de Flamanville : "pas de risque nucléaire, ni de blessés"

D'après EDF, un ventilateur a explosé ce jeudi matin, à 9H30, à la salle des machines de la centrale nucléaire de Flamanville. Information confirmée par la Préfecture de la Manche , qui indique "qu'il n'y a pas de blessés ". L'incident était clos à la mi-journée.
Le réacteur 1 a été mis à l'arrêt, suite au dégagement de fumée
Le réacteur 1 a été mis à l'arrêt, suite au dégagement de fumée © PHOTOPQR/OUEST FRANCE via maxppp

L'incident s'est déroulé dans la salle des machines du réacteur 1, de la centrale nucléaire de Flamanville, dans la Manche. "Nous sommes donc hors zone nucléaire".

Il n'a donc pas de risques de radiologie externe

 rassure Philippe Legrand, responsable communication de la Centrale nucléaire de Flamanville, qui indique "qu'il n'y a pas de victimes". Sur place, les pompiers ont pris en charge 5 personnes incommodées par ces fumées, mais leur état n'a pas nécessité d'hospitalisation. 

Les causes ? Un ventilateur

Le préfet de la Manche, Jacques Witkowski, précise : "Un ventilateur a explosé. C'est un problème mécanique. Il s'est mis à surchauffer et cela a provoqué un dégagement de fumée et un incendie". 

Cet "incident technique significatif" n'est "pas un accident nucléaire

Le réacteur a donc été arrêté, comme le veut la procédure et une dizaine de véhicules de pompiers ont été dépêchés sur place. A midi, l'incident a été maîtrisé par les soldats du feu, qui ont quitté les lieux ce midi.

FLAMANVILLE : Salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucléaire EDF de Flamanville dans la Manche, le 8 mars 2011.  / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Stephane GEUFROI via maxppp

FLAMANVILLE : Salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucléaire EDF de Flamanville dans la Manche, le 8 mars 2011. / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Stephane GEUFROI via maxppp

Des anomalies à répétition en France

Dans un communiqué, Greenpeace commente : "Avec les deux récents incendies qui ont eu lieu à la centrale de Cattenom, en Moselle, il s'agit du troisième incendie sur une installation nucléaire en dix jours". L'ONG rappelle :


L'ASN a elle-même déclaré que l'état de la sûreté nucléaire est préoccupant en France


"Tout cela s'inscrit dans un contexte de dégradation grave des réacteurs français, dont plus de la moitié sont touchés par une centaine d'anomalies graves", conclut Greenpeace.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) "est informée" de la situation, a seulement indiqué une porte-parole à l'AFP.
 

Salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucleaire EDF de Flamanville dans la Manche en mars 2011
Salle des machines de la tranche 1 de la centrale nucleaire EDF de Flamanville dans la Manche en mars 2011 © PHOTOPQR/OUEST FRANCE / FRANCK DUBRAY / FLAMANVILLE / via maxppp

Les dernières anomalies à Flamanville

Août 2015, sur le réacteur 2 : un dégagement de fumée non radioactive avait entraîné le déclenchement pendant quelques heures d'un plan d'urgence. Mais l'absence de feu a ensuite été confirmée.

Le réacteur 2 a dû ensuite être arrêté cinq semaines fin 2015, début 2016, après la panne d'un transformateur qui a dû être remplacé.

En octobre 2015 :  EDF avait par ailleurs déclaré un incident de niveau 1 sur 7 à la centrale de Flamanville après avoir découvert que "quelques" joints n'étaient pas les bons sur ses deux réacteurs en fonctionnement.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cotentin nucléaire environnement société