D'où viennent les fausses vidéos de l'explosion à la centrale nucléaire de Flamanville ?

Depuis hier, de fausses vidéos sur l'explosion à la centrale nucléaire de Flamanville circulent sur internet. Cette image est une capture d'écran de l'une d'entre elles. Il s'agit en réalité d'une explosion qui a eu lieu dans une usine de produit chimique en Espagne le 8 février. / © capture d'écran youtube
Depuis hier, de fausses vidéos sur l'explosion à la centrale nucléaire de Flamanville circulent sur internet. Cette image est une capture d'écran de l'une d'entre elles. Il s'agit en réalité d'une explosion qui a eu lieu dans une usine de produit chimique en Espagne le 8 février. / © capture d'écran youtube

A chaque incident dans une centrale nucléaire, l'emballement médiatique est total. Hier, celui de Flamanville a été évoqué par les médias du monde entier. Le nucléaire, ça fait peur et sur les réseaux sociaux, certains en profitent pour diffuser des vidéos spectaculaires, mais complètement fausses.

Par Emilien David

Nous vous en parlions hier dans cet article. Un ventilateur a explosé ce jeudi 9 février dans la salle des machines de la centrale nucléaire de Flamanville. Un incident qui s'est déclaré hors zone nucléaire et qui n'a pas fait de victimes. Voici ce que notre équipe, arrivée sur place juste après les faits, a pu constater :

Explosion Flamanville, France 3 Normandie


Sur les réseaux sociaux, des vidéos bien plus spectaculaires ont circulé dès la fin de matinée. Seulement, elles ne correspondent absolument pas à l'incident d'hier. Voici celle qui a été la plus partagée :

Fausse vidéo explosion Flamanville


Cette vidéo a été publiée par plusieurs youtubeurs du monde entier. Elle est censée montrer l'explosion de jeudi. Pourtant, le bâtiment en feu ne ressemble en rien à une centrale nucléaire. Et après quelques recherches, on s'aperçoit que ces images ont déjà été diffusées en 2015.

Plusieurs internautes se sont fait berner. Le site WikiLeaks, fondé par Julian Assange, spécialisé notamment dans la publication de documents confidentiels, l'a même partagé. Le site s'est cependant rendu compte de son erreur et s'est excusé sur twitter.


Nous avons un peu plus tôt partagé une vidéo de Flamanville pour promouvoir nos publications sur le nucléaire. Les publications sont correctes. Pas la vidéo. Nous regrettons cette erreur.

Dans cet autre vidéo, on voit une énorme fumée noire dense et opaque s'échapper d'un bâtiment. Ici aussi, il est censé être question de la centrale nucléaire de Flamanville.
 

Fausse vidéo explosion Flamanville 2


Mais en réalité, il s'agit d'un montage de plusieurs images que l'on peut trouver sur Youtube. On retrouve par exemple la première séquence ici, dans une vidéo de l'explosion d'une usine de produits chimiques près de Valence en Espagne. Des images diffusées mercredi 8 février, soit 24 heures avant l'incident de Flamanville. 

Encore plus fort, cette vidéo qui montre un immeuble en flammes... qui ne ressemble en aucun point à une centrale nucléaire.
 

Fausse vidéo explosion Flamanville 3

Encore une fois, on retrouve des traces de ces images à une date bien antérieure à jeudi. Cette utilisatrice par exemple avait déjà partagé la vidéo en 2013, après des explosions dues au gaz dans un immeuble à Lunéville en Lorraine.
 
Du côté de la télévision russe, c'est carrément deux mauvaises centrales nucléaires qui ont été montrées à l'antenne. L'erreur a été commise par RT, une chaine d'information internationale en continu controversée, financée par l'Etat Russe. On y voit d'abord la centrale de Penly en Seine-Maritime, puis celle de Fessenheim en Alsace.
 

Fausse vidéo explosion Flamanville 4


Si vous voulez comparer, voici une photo de la centrale nucléaire de Penly...
 

La centrale de Penly, en 2015. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN
La centrale de Penly, en 2015. / © PHOTOPQR/LE PARISIEN


... et une autre de Fessenheim :
 

© Patrick Seeger/dpa/picture-alliance/MaxPPP
© Patrick Seeger/dpa/picture-alliance/MaxPPP


Comment repérer une fausse vidéo?

Pour éviter de se faire avoir, interrogez systématiquement votre bon sens. Dans certains exemples pris dans cet article, réfléchir un instant permet déjà de se rendre compte que les images ne correspondent pas à l'événement en question (un immeuble quand on parle d'une centrale nucléaire, une zone industrielle quand on sait que Flamanville est au milieu de nulle part...)

Sinon, il existe un outil développé par Amnesty International qui ressemble à ça :
 


Vous entrez le lien d'une vidéo youtube et le site vous indique la date à laquelle le fichier a été chargé sur la plateforme. Il génère ensuite plusieurs vignettes issues de la vidéo.
 



En cliquant sur reverse image search, une recherche Google est lancée, vous indiquant tous les endroits où l'image a été repérée.
 

Sur internet, de nombreuses fausses informations, photos ou vidéos comme celles-ci circulent. Alors avant de vous y fier et de les partager, pensez à vérifier !

 

Sur le même sujet

Les + Lus