La Granvillaise reprend la mer, "une bouffée d'oxygène" pour le capitaine et les touristes

La réplique de bisquine La Granvillaise vient de reprendre les sorties en mer pour le public, après trois mois de frustration dus au Covid. Le bateau, qui fête ses 30 ans cette année, veut rattraper ce temps perdu, en attirant des touristes français en quête d'évasion et d'air pur. 

La Granvillaise accueille de nouveaux 30 marins à son bord pour des sorties en mer.
La Granvillaise accueille de nouveaux 30 marins à son bord pour des sorties en mer. © France 3 Normandie
"Regarder la mer durant trois mois et ne pas pouvoir y aller, c'était vraiment dur" assure Eric Perotin, capitaine de La Granvillaise, impacté dans son activité par la crise sanitaire liée au Covid. 

Le supplice du marin a récemment pris fin, puisque la bisquine a été autorisée début juillet a vogué de nouveau en mer. Avec, à son bord, les adhérents de l'association dans un premier temps, puis du public depuis le 10 juillet. 
Eric Perotin, capitaine de La Granvillaise, est soulagé de voguer à nouveau dans la baie de Granville.
Eric Perotin, capitaine de La Granvillaise, est soulagé de voguer à nouveau dans la baie de Granville. © France 3 Normandie

Avec cette liberté retrouvée, La Granvillaise espère maintenant rattraper le temps perdu et fêter ses 30 ans en compagnie de nombreux touristes durant la saison estivale.

"On peut réembarquer notre capacité maximum. Vingt-six personnes plus nous, quatre membres d'équipages tout en gardant des mesures barrières comme le gel, des masques et la prise de température" détaille Eric Perotin, heureux de retrouver la barre de son bateau. 

Des touristes français et locaux

Les amateurs de voile et curieux étaient au rendez-vous samedi 11 juillet pour la sortie en mer organisée dans la baie de Granville. 
Covid oblige, les marins de la Granvillaise doivent porter un masque lors des sorties en mer.
Covid oblige, les marins de la Granvillaise doivent porter un masque lors des sorties en mer. © France 3 Normandie

Trente personnes à bord, exclusivement des Français et des Normands. La crise sanitaire favorisant cet été la mode des vacances dans l'Hexagone. Mais aussi parce que l'activité offre un sentiment d'évasion, recherché par beaucoup après le confinement.


 

Les gens ont besoin de nature, d'air pur. Et sur la Granvillaise, on ne peut pas faire mieux

Thérèse, adhérente de l'association des Vieux gréements granvillais




"Avec le superbe temps qu'on a en ce moment, les gens sont impatients d'aller sur l'eau. Par rapport au Covid, ils se sentent un peu protégés sur l'eau aussi et se vident la tête. Les gens viennent de partout. Certains de Lorraine par exemple et beaucoup sont de la Manche. Ils se disent qu'on a un département tellement beau, qu'on n'a pas besoin d'aller ailleurs" sourit Thérèse, adhérente de l'association des Vieux gréements granvillais, heureuse d'embarquer à nouveau sur le fameux bateau. 
Naviguer sur La Granvillaise est pour beaucoup l'occasion de se vider la tête et de s'évader en mer après le confinement.
Naviguer sur La Granvillaise est pour beaucoup l'occasion de se vider la tête et de s'évader en mer après le confinement. © France 3 normandie

"Toutes ces voiles, c'est magnifique. Et puis on a le pied marin, on est de Granville quand même. Vous ne pouvez pas vous imaginer comment ça fait du bien de retrouver la mer" se réjouit Camille, lunette de soleil sur le nez et masque attaché derrière les oreilles. 

La réplique de bisquine et ses huit voiles de 400m² devraient faire voyager de nombreux touristes en quête d'évasion et d'air marin cet été. L'an dernier, 2 000 marins d'un jour avaient tenté l'expérience. 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
voile sport
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter