Manche :La Foire de Lessay peut-elle continuer à accueillir autant de gens du voyage ?

C'est une tradition d'accueillir pendant la Foire de Lessay des commerçants ambulants et nomades. Le nombre croissant de gens du voyage issus de communautés différentes rend la vie du bourg manchois difficile. Vols, incivilités, insalubrité, la Maire de Lessay, Stéphanie Maubé lance un cri d'alerte.

La Foire de Lessay est terminée depuis un mois. Côté exposants, le résultat est positif. Le public est venu nombreux et a sorti son porte monnaie. Mais le compte n'est pas bon côté mairie. Les plaintes pour vols, incivilités et insalubrité ont été encore plus nombreuses cette année. Le nombre croissant de gens du voyage présents sur la commune pendant près d'un mois en est la cause directe et identifiée selon la maire, Stéphanie Maubé. Les habitants de ce bourg de plus de 2000 habitants sont excédés. L'édile souhaite trouver des solutions pour l'avenir de la Foire.

La Foire de Lesssay et les gens du voyage

"C'est une tradition à Lessay, depuis toujours les commerçants nomades sont accueillis au sein de la Foire et il n'est pas question de remettre en cause cet accueil" Stéphanie Maubé, la maire de Lessay est très claire. " Nous avons tout ce qu'il faut pour accueillir confortablement près de 200 caravanes dans notre commune. Le problème, c'est plutôt qu'aujourd'hui les gens du voyage sont trop nombreux à venir pendant la période de la Foire"

La Foire de la Sainte Croix de Lessay est une foire millénaire, créée au XIeme siècle. Vente de chevaux, allée des rôtisseurs, marchands et camelots, la Foire de Lessay ce sont près de 1500 commerçants et plus de 300 000 visiteurs venus de toute la région pour ces 3 jours de fête et d'échanges.

En 2022, cinq groupes de caravanes ont investi Lessay. L'emplacement réservé aux gens du voyage a été rempli mais d'autres lieux de la commune non prévus à cet effet aussi. Le Pôle Santé, la Médiathèque, la Voie verte, un parking de contrôle technique et des terrains agricoles en culture, en tout près de 400 caravanes se sont invitées dans le paysage lessayais, deux à trois semaines avant le weekend de la foire.

" Ils ne s'entendent pas et ne viennent pas pour le mêmes raisons" explique la maire. " Il y a les commerçants nomades, la communauté évangéliste qui se réunit depuis 35 ans à Lessay et les autres groupes qui se greffent le temps de la Foire".

Assurer la sécurité des biens et des personnes 

" C'est mon travail de maire mais ça devient de plus en plus difficile et coûteux. 70 000 euros  sont alloués à la sécurité privée de la foire en plus des gendarmes. L'ambiance dans la ville est délétère avant la foire. Des commerçants embauchent leur propre service de sécurité, d'autres ferment plus tôt pour éviter d'éventuels problèmes. On a parfois l'impression de vivre dans une ville fantôme. Ce qui devrait être un moment de convivialité est vécu par les habitants de Lessay comme une période anxiogène. "

La ligne budgétaire de dépenses liées à la Foire s'alourdit. Sécurité renforcée, dégâts divers, les comptes sont juste à l'équilibre. La Foire ne rapporte rien et coûte de l'argent public.

Les lessayais sont excédés par des comportements inadaptés des gens du voyage. "La notion d'équité et d'impunité est prégnante dans la population et en effet, nous sommes très démunis car les gens du voyage ne reconnaissent pas nos lois et nous le disent".

Insalubrité avérée

" C'est un sujet tabou mais les gens du voyage n'utilisent pas de toilettes et cela pose de gros problèmes de salubrité. On trouve des déjections humaines dans des endroits publics comme le stade de foot, des jardins privés et dans les espaces verts publics. Les agents de nettoyage communautaires sont dégoutés, leur travail et leur fonction ne sont pas respectés" Le constat de Stéphanie Maubé, maire de Lessay, est accablant.

"Je demande au pouvoir public d'intervenir. Nous avons besoin d'effectifs renforcés avant la Foire. Et puis il faut se doter de moyens légaux pour que les municipalités puissent accueillir les gens de voyage dans de bonnes conditions et pas en surnombre. C'est un problème que je porte à la connaissance des pouvoirs publics pour que tous ensemble nous trouvions une solution pérenne qui n'hypothèque pas l'avenir de la Foire. Il faut s'y atteler dès à présent."