Les neurosciences pour lutter contre l'échec scolaire

© MATTHEW F. GLASSER , DAVID C. VAN ESSEN / NATURE PUBLISHING GROUP / AFP
© MATTHEW F. GLASSER , DAVID C. VAN ESSEN / NATURE PUBLISHING GROUP / AFP

Au collège de Lessay, les élèves apprennent à mieux connaître leur cerveau et son fonctionnement. Un cours hebdomadaire a même été mis en place à la rentrée. Une expérimentation unique en Normandie en partenariat avec des chercheurs de l'université de CAEN qui ont formé les enseignants. 

Par Stéphanie Potay

Au collège de Lessay dans la Manche, les neurosciences  sont utilisées pour lutter contre l'échec scolaire. Regardez:

Neurosciences au collège de Lessay

Les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage.


L'attention

Regardez cette video, comptez combien les joueurs habillés en blanc font de passes avec le ballon de basket: 
Le gorille

Cette expérience montre comment l'attention peut être sélective. Aviez-vous vu le gorille? Vous a-t-il perturbé? 
Dans le domaine de l'éducation, les ensiegnats doivent maintenir un haut niveau d'attention chez l'élève en stimulant, en rendant le cours attractif et en concentrant l'élève sur une seule tâche. 

La méditation, la  motricité fine ou la pratique d’un instrument de musique renforce la capacité d'attention.

L’engagement actif

L’apprentissage est optimal lorsque l’enfant alterne apprentissage et test répété de ses connaissances. Cela permet à l’enfant d’apprendre à savoir quand il ne sait pas. L'envie de l'enfant à apprendre est le moteur. 

Le retour d’information

Plus le retour est proche dans le temps de l’erreur, plus l’action corrective sera efficace et intégrée. 

Les erreurs sont positives et sources d’apprentissage.  

Les punitions face aux erreurs ne font qu’augmenter la peur, le stress, et le sentiment d’impuissance inutilement. Les punitions sont néfastes aux apprentissages.

 La consolidation

Pour mémoriser une information, notre cerveau a besoin de trois passages au minimum, pour intégrer une nouvelle habitude, il a besoin de 21 jours.





Sur le même sujet

Les oeuvres monumentales resteront-elles au Havre ?

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne