Normandie et tourisme : un mois de juillet pas si mauvais que prévu mais la saison n'est pas encore sauvée

Au mois de juin, les professionnels du tourisme normand avaient le moral en berne. Certes, ils n'épongeront pas comme ça les pertes du printemps et du 6 juin mais franchement Juillet est un très bon mois, août commence bien aussi. La clientèle française et de proximité est au rendez-vous. 

Le camping de Clécy en Suisse normande affiche complet jusqu'au 20 août, au moins.
Le camping de Clécy en Suisse normande affiche complet jusqu'au 20 août, au moins. © Pauline Comte/ France Télévisions
"D'habitude, l'été, on compte dans notre clientèle 50% d'étrangers et 50% de français. Cette année, c'est 98% de français. C'est formidable que les gens nous fassent confiance", raconte Sandy Gordone, gérante du camping de Clécy, "Les rochers du Parc", crée par son mari au début des années 2000. 

A l'approche du long week-end du 15 août, le téléphone de la réception ne cesse de sonner. Des clients potentiels qui se décident à la dernière minute mais il ne lui reste pas beaucoup d'emplacements à distribuer. "C'est complet ou presque jusqu'au 20 août. On gère les desistements et certains ont la chance d'appeler au bon moment."

Son mois de juillet aura été d'un grand classique, en terme de fréquentation. Le camping a fait le plein comme tous les étés.
 

Il ne faut pas se laisser leurrer par ce bon résultat de juillet et à priori d'août. En clair, ça nous évite la catastrophe. On fera les comptes en septembre. Les mois d'avril, mai et juin ne seront pas effacés d'un coup de baguette magique en comptabilité. On aura peut-être besoin d'une aide publique. Une partie de notre personnel est toujours en chômage partiel. Ce qui est certain, c'est que notre prévisionnel en investissement est remis en cause. 

Sandy Gordone, gérante de Camping en Suisse normande

L'optimise revient, la confiance aussi

 

"Le mois de juillet montre un regain d'optimisme dans l’ensemble des secteurs d’activité, sans toutefois crier victoire", remarque la note conjoncturel de Normandie Tourisme.
Le Comité Régional de Tourisme de Normandie a terminé sa deuxième enquête de conjoncture touristique estivale auprès de 500  professionnels du tourisme normands.
La première fin juin était très pessimiste, mais le moral remonte.

 

En effet, près d’un professionnel sur deux qualifie la fréquentation touristique du mois de juillet de bonne, et pour cause : pendant cette période de grandes vacances, la demande domestique est forte, en particulier de la part des familles en provenance des régions limitrophes de la Normandie, ou de la Normandie elle-même.

Note de conjoncture touristique régionale- Tourisme Normandie- Juillet 2020
 

Majorité de français mais aussi des Belges et Néerlandais

82% de la clientèle présente vient d'Ile-de-France, 66% de Normandie, 42 % des Hauts-de-France et 29% de Bretagne. " Les gens veulent rentrer chez eux vite, en cas de pépin", explique la gérante du camping de Clécy devant cette réalité. 

Les protocoles sanitaires et les menaces de restrictions n'ont pas effrayé les famille en mal de vacances après la longue période de confinement et de stress. "La Normandie reste une destination privilégiée pour certaines clientèles étrangères de proximité comme les Néerlandais ou les Belges, que les professionnels du tourisme normands observent en nombre au cours du mois de juillet, même si les volumes restent plus faibles qu’en saison estivale normale."


La prudence est quand même de mise pour le mois d'août car chacun a l'oeil rivé sur l'évolution de la situation sanitaire et les réservations de dernière minute restent la règle pour cet été 2020.


Un quart des professionnels interrogés considère qu'il n'y a pas eu de retour de visiteurs étrangers en juillet 2020. Les hôtels sont les plus boudés.
"Les propriétaires de meublés de tourisme (gîtes et/ou chambres d’hôtes) sont satisfaits du mois de juillet 2020 pour 57% d’entre eux, bien que 41% observent une baisse de la fréquentation par rapport à juillet2019."
Chez les restaurateurs, près d'un sur deux n'est pas trop satisfait et l'inquiétude est forte pour les semaines à venir. 
 



Les activités en extérieur ont la côte

"La demande est forte pour les activités nautiques, de randonnées et de cyclisme entre autres", explique Normandie Tourisme. Malgré les protocoles stricts de réservation et les contraintes des effectifs réduits, les gens veulent profiter du beau temps et respirer. 

Un prochain bilan sera fait début septembre.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme économie coronavirus : envie d'évasion société