"On ne veut pas que notre village meure" : des habitants se mobilisent pour sauver leur unique épicerie

Une trentaine d'habitants de Saint-Pierre-d'Entremont, dans l'Orne, vont se relayer pour assurer un service minimum dans l'épicerie du village, fermée en janvier. Pain, journaux et café, en espérant qu'un repreneur se fasse connaitre rapidement.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Depuis que l'épicerie est fermée, c'est mort". Éric Berthoud, le président de l'association, crée pour sauver l'unique épicerie de Saint-Pierre-d'Entremont, dans l'Orne, affiche sa détermination.

En janvier 2024, l'unique épicerie de la commune a fermé ses portes. Une catastrophe pour les 660 habitants du village qui se mobilisent, pour faire vivre le commerce. Une trentaine de bénévoles vont se relayer, à partir du 12 mars, quatre matins par semaine, pour assurer la vente de pains, de viennoiseries et de journaux. 

On ne voit plus personne dans le bourg !

Éric Berthoud, président de l'association Le relais de Saint-Pierre

Tous les matins, des habitants vont aller prendre les journaux et le pain, dans la commune de Condé-sur-Noireau, distante de 9 km. Des cafés vont être proposés aux clients de l'épicerie, pour créer à nouveau un lieu de convivialité et d'échanges.

"Notre but, c'est de faire vivre le village, de maintenir un lien entre les habitants" précise Éric Berthoud, le président de l'association Le relais de Saint-Pierre. "Depuis que l'épicerie est fermée, on ne croise plus personne dans le bourg. L'objectif, c'est que les gens se croisent dans la rue en allant chercher leur pain."

La mairie à la manœuvre pour trouver un repreneur

Dès la fermeture de l'épicerie, fin janvier, la mairie a lancé les opérations pour que cet arrêt ne soit que temporaire.

Une réunion publique s'est tenue le 2 février 2024 pour répondre à une première question. Celle de la mise en place d'un "relais" pour maintenir une activité minimale, "un trait d'union entre la fermeture et la reprise" comme l'affirme Christian Duriez, le maire de Saint-Pierre-d'Entremont.

La mairie, qui est propriétaire des murs et du fonds de commerce, soutient financièrement les bénévoles qui assurent la transition, en attendant de trouver un repreneur. 

Il faut que l'on construise l'offre avec le futur repreneur. On est en train d'établir un cahier des charges.

Christian Duriez, Maire de Saint-Pierre-d'Entremont

Dans le panier du candidat idéal, une épicerie de dépannage, avec un dépôt de pain et de viennoiseries, des journaux, un point Poste et un espace convivial ou les clients pourront consommer un café, confortablement installés autour de tables.

"On va constituer un jury d'élus pour faire le bon choix, étudier les projets économiques, mais aussi humain" précise Christian Duriez, le maire de la commune,"parce que ce doit être aussi un projet d'intégration dans la vie locale". Une communauté qui compte a ce jour 130 emplois sur le territoire de Saint-Pierre-d'Entremont. 

La démarche entreprise par la commune semble en bonne voie. Monsieur le Maire a déjà reçu une dizaine de candidatures sérieuses et argumentées pour reprendre l'épicerie.