Tensions dans l'Orne autour d'un rassemblement évangélique sur un terrain de football

Publié le

300 gens du voyage, avec une cinquantaine de caravanes, occupent illégalement un terrain de football sur la petite commune de Damigny dans l'Orne. Un arrêté préfectoral leur demande de quitter les lieux dans les 48 heures. Un nouvel exemple de la difficile gestion de cette communauté qui ne bénéficie pas dans ce département d'une aire de grand passage, comme le prévoit la loi.

Ils sont arrivés la semaine dernière pour un rassemblement évangélique. Les gens du voyage avaient prévenu par courrier la communauté urbaine d'Alençon de ce rassemblement. Faute de terrain disponible, ils se sont installés sur un terrain de football sur la commune de Damigny (61).

300 personnes, adultes, enfants, personnes âgées ont posé leurs 50 caravanes sur un terrain de sport, pas vraiment adapté à un rassemblement de ce type. Comme à chaque fois, ils se sont branchés sur l'électricité et  le réseau d'eau potable.

Ils utilisent un terrain de manière illégale. En se branchant sur la bouche à incendie, ils peuvent gêner les secours en cas d'incendie. Quant aux câbles électriques qui trainent entre leurs caravanes et les armoires, cela représente un danger pour les personnes.

Anita Paillot

Maire de Darmigny (61)

La maire de Darmigny (61)  a demandé à la préfecture de l'Orne d'intervenir pour obliger les gens du voyage à quitter les lieux, avant le 19 juin, date choisie par la communauté pour reprendre la route. Lundi 13 juin, un avis d'expulsion a été présenté au responsable de la communauté par la préfecture de l'Orne. A charge pour eux de partir avant mercredi soir. 

Toujours pas d'aire de grand passage dans l'Orne

La Maire de Damigny avoue " comprendre que les gens du voyage ont besoin de se poser quelque part " mais ajoute que sa commune ne peut supporter sur ses seules épaules, l'absence d'une aire départementale de grand passage. 

Une aire de grand passage est une obligation pour les collectivités. Un schéma départemental, élaboré par le préfet et le président du conseil départemental prévoit les secteurs géographiques d'implantation et les communes où ces aires doivent être réalisées. Voilà pour la théorie. En pratique, c'est une autre histoire. Dans l'Orne, comme dans beaucoup d'autres départements, ces aires de grand passage en sont au stade des intentions. Le lieu d'implantation a semble-t-il été trouvé du coté de Saint-Germain-de-Clairefeuille.

Le terrain d'au moins 4 hectares existe, mais il doit être viabilisé.

J'ai interpellé plusieurs fois les préfets qui se sont succédé dans l'Orne. C'est au représentant de l'Etat de lancer les travaux qui sont budgétés par le Département. Pour l'instant, ça ne bouge pas alors que sur place, il y a déjà de l'eau et de l'électricité à proximité. Il ne manque plus que la viabilisation du terrain qui pourrait accueillir 200 à 300 personnes.

Jean-Louis Mustière

Président de l'association Vivre à Beaulieu

Selon la Délégation interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement (DIHAL) à l'automne 2018, seules 170 aires de grand passage avaient été réalisées sur les 348 prévues par les schémas départementaux.