• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Abandonnés par leur patron parti en retraite, les salariés de Ghizzo risquent de perdre leur emploi

Une grève illimitée a débuté chez Ghizzo ce vendredi à Argentan
Une grève illimitée a débuté chez Ghizzo ce vendredi à Argentan

Dans le secteur du bâtiment, l'entreprise Ghizzo, basée à Argentan, pourrait être mise en liquidation judiciaire ce lundi 19 mars. Son ancien patron est parti en retraite en novembre dernier sans trouver de successeur alors que sa société connaît depuis trois de grosses difficultés. 

Par CM et CB

"Je suis dégoûté. Pour moi, je pense que c'est fini", commentait, amer, ce vendredi matin, Cyril Lelong, représentant des salariés de Ghizzo. C'est un mouvement de désespoir qui a débuté ce 16 mars dans cette société du bâtiment basée à Argentan. Lundi prochain, elle comparaîtra devant le tribunal de commerce. Et pourrait, très probablement, être mise en liquidation judiciaire. avant que le couperet tombe, les 44 salariés ont décidé de se mettre en grève illimitée et d'occuper les locaux 24 heures sur 24.

Le 30 novembre dernier, leur patron, Guy Launay, a pris sa retraite sans assurer sa succession. Une situation d'autant plus problématique que la situation de l'entreprise s'est fortement dégradée ces trois dernières années. "On arrive plus à occuper l'ensemble du personnel avec le peu de chantiers qu'on a", racontait le 9 janvier dernier un représentant du personnel, "les études n'aboutissent pas à cause des on-dit de l'extérieur et de la clientèle, qu'il y a de forts doutes sur la gestion des chantiers par notre société".

Le 15 janvier, le tribunal de commerce plaçait l'entreprise en procédure de sauvegarde. Un directeur général était nommé pour assurer la transition avant l'arrivée d'un potentiel repreneur. Il demandait aux salariés leur "aide" pour sauver l'entreprise. Mais malgré leurs efforts, deux mois plus tard leurs emplois semblent condamnés. "Tout ce qu'on demande aujourd'hui, si on peut retrouver du boulot, ce sont des aides, des indemnités supra-légales, des primes pour les déménagements parce que les gars ne retrouveront pas de boulot à Argentan, il n'y en a pas. On demande une cellule de reclassement. On a pas de réponse sur ça", déplore Cyril Lelong.



Reportage de Catherine Berra et Charles Bézard
Intervenants:
- Cyril Lelong, représentant des salariés de Ghizzo
- Erdal Altun, représentant des salariés de Ghizzo

Abandonnés par leur patron parti en retraite, les salariés de Ghizzo risquent de perdre leur emploi

 

Sur le même sujet

Armada : portrait de Samuel de Champlain

Les + Lus