Musée Fernand Léger - André Mare : Argentan réunit dans un même lieu deux amis séparés par l'art et la guerre

A Argentan, la maison d'enfance de Fernand Léger accueille désormais un musée qui retrace son parcours artistique mais aussi celui de son ami André Mare. Si les deux amis ont fait leurs "premières armes" ensemble, ils ont, après la guerre, suivi des routes artistiques différentes.

Le musée Fernand Léger - André Mare a été inauguré ce samedi 6 juillet à Argentan
Le musée Fernand Léger - André Mare a été inauguré ce samedi 6 juillet à Argentan
Après plusieurs années de travaux, la maison du 6 rue de l'Hôtel de Ville à Argentan a enfin rouvert ses portes. La façade a retrouvé son lustre d'antan, tout comme le jardin reconstitué tel que Fernand Léger l'avait immortalisé en 1905 sur son tableau "Le jardin de ma mère". Car cette maison, le peintre y passé son enfance et une partie de son adolescence, période au cours de laquelle il se lia d'amitié pour un autre artiste natif d'Argentan, André Mare. Le bâtiment abrite désormais sur trois niveau un musée retraçant leur histoire commune et leurs parcours respectifs.
 
Musée Fernand Léger - André Mare : Argentan réunit deux amis séparés par l'art et la guerre
Reportage de Rémi Mauger et Agathe Tournoux

"Ils se sont connus sur Argentan, c'est leur Normandie natale qui les lie mais aussi leurs parcours artistique, leurs parcours professionnels puisqu'ils vont habiter dans le même atelier sur Paris. C'est dans cet atelier qu'il va vraiment y avoir une émulation entre ces deux artistes. Ils vont connaitre la vie artistique parisienne de l'époque, celle des années folles.  Et ils vont ensemble, à Argentan, durant leur jeunesse, faire leurs premiers dessins, leurs premières esquisses ensemble", raconte Estelle Marie, du musée Fernand Léger - André Mare.
 

Séparés par la guerre

Les nombreuses oeuvres et outils multimédias mis à la disposition des visiteurs permettent de retracer ce parcours commun mais aussi les routes des deux artistes qui se séparent peu à peu après la guerre, une guerre qu'André Mare, engagé dans la section camouflage, a vécu de l'intérieur, contrairement à son ami, et dont il va ressortir changé. "Pour Fernand Léger, le cubisme qui est l'éclatement des formes dans l'espace, se rapproche de la guerre qui est l'éclatement des corps dans une tranchée et sur les champs de bataille.  Il va vraiment développer son art dans ce sens. Pour André Mare, la guerre c'est aussi le cubisme mais lui, suite à la guerre, il ne veut plus du tout faire de cubisme donc il va s'en éloigner." Et revenir à une forme plus classique de son art, à des sujets "plus traditionnels".

Si André Mare revient au classicisme en peinture, il n'en reste pas moins un "moderne" mais dans autre domaine. "Après la première guerre mondiale, il va créer la compagnie des arts français avec l'architecte Louis Süe et dans leurs créations d'intérieur mobilier ils vont développer l'art-déco français et c'est vraiment très moderne pour l'époque." Plusieurs de ces créations sont exposées au musée Fernand Léger - André Mare.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture