Pays de Flers : une ancienne usine amiantée ouverte à tous vents

Depuis sa fermeture définitive en 2005, l'usine du plafond est régulièrement visitée / © France 3 Normandie
Depuis sa fermeture définitive en 2005, l'usine du plafond est régulièrement visitée / © France 3 Normandie

Dans la vallée de la Vère, les industriels qui travaillaient l'amiante ont légué bien des cadeaux empoisonnés. A Saint-Honorine la Chardonne, l'usine du Platfond est une friche régulièrement visitée, au mépris du danger. L'association de défense des victimes de l'amiante exige qu'elle soit rasée.

Par Pierre-Marie Puaud

Des grillages rouillés, une grande carcasse en tôle, des herbes folles : l'ancienne usine du Platfond, coincée entre le cours de la Vère et la route, ressemble à toutes les friches industrielles de la vallée. Le bâtiment est à l'abandon. C'est peut-être ce qui le rend attirant. "Dès que l'usine a fermé, on a vu des vitres cassées, des grillages coupés, des voitures sur le parking" raconte un voisin. Son esthétique et son atmosphère séduisent les grapheurs, les adolescents en mal de sensation, les groupes de rock qui souhaitent donner un vernis underground à leur musique.

L'usine du Plafond appartenait au groupe Felma Technologie. Depuis sa fermeture, les bâtiments appartient aux collectivités locales qui ont hérité d'un vrai cadeau empoisonné. / © France 3 Normandie
L'usine du Plafond appartenait au groupe Felma Technologie. Depuis sa fermeture, les bâtiments appartient aux collectivités locales qui ont hérité d'un vrai cadeau empoisonné. / © France 3 Normandie


L'ennui c'est que l'usine a longtemps travaillé l'amiante, et que cette fibre mortelle s'est infiltrée jusque dans les plus petits interstices du bâtiment, dans les cloisons, dans les anciennes gaines d'aération. Et puis les tôles en fibro-ciment se décomposent dangereusement. "Cela représente 25 000 fibres d'amiante par litre d'air. Il faut savoir qu'en milieu professionnel, on ne tolère que 10 fibres par litre" souligne Jean-Claude Barbé de l'association locale de défense des victimes de l'amiante (ALDEVA). "Il y a donc un danger pour la population".

Le cadeau empoisonné...


Il y a un an, l'ALDEVA a donc écrit à Ségolène Royal pour demander que le bâtiment soit rasé. Mais la ministre de l'environnement ne s'est pas hâtée pour répondre. Quand le groupe Ferlam Technologie a cessé sont activité et 2005, l'usine a été léguée à la commune de Sainte-Honorine la Chardonne, qui l'a ensuite cédée à la communauté de communes. Depuis le 1er janvier, elle appartient à l'agglomération de Flers. "Cela ne se fera pas en un claquement de doigts" prévient son président. "Il y aura des études à mener, et des budgets à trouver" poursuit Yves Goasdoué. Il y en aura pour quelques millions d'euros. Autant dire que la déconstruction de l'usine du Plafond n'est pas pour demain...

Reportage de Jérôme Ragueneau et Cyril Duponchel
Sainte-Honorine la Chardone : le devenir de l'usine du Plafond

Sur le même sujet

A Evreux un festival du film d'éducation

Près de chez vous

Les + Lus