Le jeune Ornais de 25 ans lardé de coups de couteau parce qu'il écoutait du rap

Vendredi, le corps de Wilfried Lévêque, originaire de Bellême, était découvert dans le jardin d'une maisonnette de la Fresnay-sur-Sarthe. Le locataire a été mis en examen ce dimanche. Le procureur du Mans est revenu ce mardi sur cette sombre histoire, née d'un différend musical.

Le suspect n'aimait pas le rap: une dispute d'ordre musical a causé la mort de Wilfried Lévêque, un Ornais 25 ans dont le corps lardé de coups de couteau a été retrouvé dans le jardin d'une maison particulière dans la Sarthe, a expliqué mardi le procureur
du Mans.

Le suspect, un récidiviste âgé de 48 ans, a été mis en examen dimanche pour assassinat, deux jours après la découverte du corps de la victime dans la petite ville de Fresnay-sur-Sarthe (2.000 habitants), a déclaré devant la presse le procureur, Philippe Varin.

Dans la nuit du 7 au 8 juillet dernier, lors d'une soirée arrosée, une dispute éclate au domicile du suspect, la victime voulant écouter du rap, musique que le suspect ne supporte pas. Le suspect inflige alors de nombreux coups de couteau au jeune homme avant de l'égorger et de ligoter le corps, puis le traîne sous un arbuste au fond du jardin. Il enterrera le corps quelques jours plus tard, non sans avoir récupéré la carte bancaire et le code de la victime, selon le déroulement des faits rapporté par le procureur de la République.

Alors que la disparition du jeune homme est signalée par sa famille, les enquêteurs constatent que sa carte bancaire est utilisée après le versement mensuel du RSA sur son compte. Les caméras de surveillance permettent de constater que ce n'est pas le disparu qui utilise la carte.

16 condamnations à son actif dont 20 ans de prison pour meurtre

Le suspect est ainsi interpellé vendredi devant un distributeur de billets d'Alençon. Il reconnaît les faits et l'arme du crime, un couteau, est retrouvée à son domicile. Selon M. Varin, le suspect a déjà fait l'objet de 16 condamnations dont une par la cour d'assises de Seine-et-Marne à 20 ans de prison pour meurtre et la dernière à six ans de prison pour une agression au cutter.

A sa sortie de prison en 2014, il s'installe dans un foyer au Mans où il fait la connaissance de sa future victime. Il faisait depuis l'objet d'un suivi judiciaire et aussi médical avec un psychiatre qui l'avait encore entendu après le meurtre de juillet dernier.

Le reportage de Marine Rondonnier et Yann Ledos:

©F3BN

Les intervenants du reportage:

- Lieutenant-Colonel Reynald Boismoreau: Commandant de section de recherches de Caen
- Lieutenant-Colonel Jérôme Delhez, Commandant de groupement de gendarmerie de la Sarthe