La CGT en grève pour défendre la centrale thermique du Havre

© France 3 Baie de Seine
© France 3 Baie de Seine

Les fédérations CGT des Mines et de l’Energie et des Ports et Docks ont appelé ce jeudi matin à un arrêt de travail de deux heures sur le port du Havre et à la centrale EDF. Un mouvement "très bien suivi" selon les syndicats.

Par DM avec l'Agence Normande d'Information

VIDEO : le reportage de Danilo Comodi et David Emilien (montage : Rozenn Meheust) avec les interviews de :
  • Guillaume Argentin, délégué CGT centrale EDF 
  • Laurent Delaporte, délégué CGT port du Havre 
  • Catherine Troallic, députée PS de Seine-Maritime 
Manifestation devant la Centrale à charbon du Havre
"Aucune opération n’a été effectuée sur le port" assure Laurent Delaporte, secrétaire général de la CGT du port, et la centrale a connu une baisse de sa production à hauteur de près 50 %. Le mouvement n’a eu aucun impact sur le trafic, selon le Grand port maritime du Havre, ni sur la distribution d’électricité régulée nationalement.

Contre l'augmentation de la taxe carbone

Quelque 200 grévistes ont distribué ce jeudi 20 octobre des tracts aux automobilistes aux abords d’un giratoire sur le port. La CGT conteste l’augmentation de la taxe carbone de 5 à 30 euros la tonne de CO2 annoncée par le ministère de l’environnement qui condamnera, à ses yeux, les cinq dernières centrales au charbon en France.

Des craintes pour l'activité portuaire

Ces centrales au charbon emploient un total de 5.000 salariés répartis sur les sites de Cordemais (deux tranches en Loire-Atlantique), Saint-Avold (Moselle), Meyreuil (Bouches-du-Rhône) et Le Havre.
Cette disparition "ferait perdre le trafic du charbon au port du Havre, et avec lui les recettes des droits de port comme cinquante emplois directs", selon Laurent Delaporte. 

Sur le même sujet

A Evreux un festival du film d'éducation

Près de chez vous

Les + Lus