Cet article date de plus de 5 ans

Pour Hervé Morin, 500 postes de fonctionnaires en trop dans la future Normandie

La tête de liste de la droite et du centre pour les élections régionales en Normandie Hervé Morin a estimé mardi à 500 postes les "sureffectifs" de fonctionnaires après la réunification de cette région
© PHOTO FRED DUFOUR/AFP
"Les chiffres sont extrêmement simples. Si vous comparez à la Bretagne, aux Pays de la Loire, pour la même population, il y a 500 fonctionnaires de plus quand on additionne Haute-Normandie et Basse-Normandie", hors personnel de lycée, a affirmé le député UDI de l'Eure Hervé Morin lors d'un déjeuner de presse à Caen.

Cela ne veut pas dire qu'il compte supprimer 500 postes mais "la réunification de la Normandie va forcément appeler à reconstruire une administration régionale qui soit à peu près dans les mêmes formats que les régions comparables", a-t-il ajouté. "Dès lors qu'il y a une grande région, il y a une réorganisation qui nous amène à faire des économies" car "on a besoin d'investir dans les trains, dans les lycées, dans la formation, les universités plutôt que d'avoir des sureffectifs", a argumenté M. Morin. "Ça demandera du temps. On le fera dans le dialogue et le respect. Quand j'étais au gouvernement, j'allais dans des lieux où on fermait (des sites militaires, ndlr), à la fin les gens m'applaudissaient. Donc, ça doit pouvoir se faire", a poursuivi l'ancien ministre de la Défense. 

"Il y a des gens qui partiront d'eux-mêmes"

Les réductions d'effectifs passeront par "des plans de mutation, des plans de départ volontaires". "Il y a des gens qui partiront d'eux mêmes. En Haute-Normandie, il y a toute une série de cadres qui sont en train de quitter la région pour aller à la métropole (rouennaise, à gauche, ndlr). Les plus politisés partent", a déclaré M. Morin.

"Quand ils (le PS, ndlr) disent "on va toucher à rien", ils ne respectent pas le personnel régional parce qu'en réalité, ils le feront", ajoute le député pour qui "le scandale c'est de dire on va laisser les choses en l'état".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réunification de la normandie politique fusion des régions réforme territoriale