• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Quand « Les Murs » nous parlent

Sean Scully, Raphaël. ou l'immersion dans le Mur
Sean Scully, Raphaël. ou l'immersion dans le Mur

Peu importe leur taille, leur matière, leur usage, ils sont là et font partie de nos vies. Du XVIIIeme siècle à nos jours, les murs nous parlent et nous interpellent. Fort de cette idée, le musée des Beaux arts de Caen organise une exposition sur le thème du mur jsqu'au 18 septembre.

Par Sabine Daniel

L’exposition est découpée en quatre secteurs mais la liste des choses à dire sur les murs n’est pas exhaustive. Car les murs ont des choses à nous dire sur…nous.

Au XVII eme siècle..
Est-ce l’attrait romantique des vieilles pierres ? la redécouverte du patrimoine mondial ? Le XVII eme siècle ouvre les yeux sur les murs en tant que sujets de l’oeuvre. Murs anciens antiques, majestueux, patrimoniaux, ils sont notre assise, nos repaires. Ils nous rappellent les humains qui les ont bâtis, la finitude de toutes vies et l’éternité des choses.
Les murs « domestiques» font petit à petit leur apparition car ils rappellent l’univers clos du bonheur de la domesticité. Fonds de jardin, petit muret de la maison ou façade intime. Le mouvement de la représentation s’amplifie.

..Jusqu’à nos jours
Au fils du temps et des aspirations humaines, le mur est là et reflète très souvent l’état d’esprit de l’artiste qui le regarde ou le conçoit.  Fidèle compagnons de nos fantasmes, ils disent la pudeur de l’intimité du bonheur ou la violence de l’enfermement.

De Valenciennes à Tapiès
Les artistes se sont emparés de ce thème universel.  Au Musée des Beaux Arts de Caen, près de quatre vingts œuvres étalées sur trois siècles montrent la diversité des visions.
Photographes, architectes, peintres, plasticiens sont, ici réunis pour nous interroger sur notre version du mur.
Les collections de photos de graffittis de Brassaï répondent aux clichés de la prison de Clairvaux de Jacqueline Salmon. Quand les uns chantent la liberté, les autres ne montrent que le visage austère de l’enfermement.
Antoni Tapiès dans les deux œuvres présentées à Caen répond à l’irlandais Sean Scully. Tous les deux habitent leurs murs. La rédemption est au bout du chemin. Toutes les traces laissées sur ces murs peints recomposés sont autant de cicatrices sur les corps et les âmes. Marquées et à jamais vivantes.
L’exposition Murs au Musée des Beaux Arts de Caen est à la fois riche et pertinente. Riches des œuvres proposées et pertinente dans sa conception.
Un beau moment de découverte et d’introspection à vivre jusqu’au 18 septembre

Exposition Murs

 

Sur le même sujet

Interview d'un agriculteur converti au bio grâce à Danone

Les + Lus