"Bouge toi !", un festival pour sensibiliser sur les violences sexuelles faites aux enfants

Le 2 juin est la journée internationale de victimes innocentes d'agression, à cette occasion l'association "Les enfants de Tamar" organise un festival, du 2 au 3 juin à Saint-Marcel dans l'Eure, pour sensibiliser sur les violences sexuelles faites aux enfants.

60% des victimes de viols sont des mineurs, 90% sont des incestes, et dans 94% des cas l'agresseur fait parti de l'entourage. Des chiffres effrayants qui ne baissent pas malgré des campagnes de sensibilisation et la parole qui commence à se libérer. Pour sa première édition, le festival "Bouge toi!" compte bien faire bouger les lignes. 

Un évènement festif pour sensibiliser sur un sujet extrêmement douloureux

La création du festival, c'est l'aboutissement d'un long chenimenement pour Claire-Aurélie Veraquin. Victime d'inceste dans sa jeunesse, cette professeure de collège sait combien il est difficile de parler des agressions, de dénoncer les coupables, des étapes pourtant indispensables pour se reconstruire. "Après avoir écrit un livre, je me suis dit qu'il fallait que j'aille plus loin" confie Claire-Aurélie. "J'ai créé l'association "Les enfants de Tamar" en 2018 dans le but de sensibiliser la population, de créer des espaces de paroles et des formations pour l'accompagnement d'enfants victimes d'incestes." 

Ce festival, je le vois un peu comme un Solidays des violences sexuelles faites aux enfants ! Parler d'un sujet extrêmement difficile tout en proposant un événement festif. On veut vraiment toucher tout le monde, tout public !

Claire-Aurélie Veraquin

"Oser poser les mots sur des maux"

Au programme du festival, du 2 au 3 juin 2023, des concerts, des tables rondes et des ateliers autour du thème des violences sexuelles faites aux enfants. De la pédopornographie à l'inceste, tous les sujets seront abordés. "Les tables rondes seront animées par un témoin qui parlera de son expérience et par des professionnels qui viendront compléter ce témoignage et répondre aux questions. Le but, c'est vraiment de parler de tout sans tabou. Il y aura aussi une librairie avec des livres educatifs à destination des plus jeunes et de leurs parents"

Chaque année Claire-Aurélie compte au moins deux victimes d'inceste dans sa classe. "C'est la moyenne nationale, entre 2 et 3 élèves auraient ou subiraient des violences sexuelles ! C'est énorme ! Les jeunes doivent savoir ce que c'est pour pouvoir l'identifer, mettre les mots dessus s'ils sont eux mêmes victimes ou si on leur en parle. On doit casser le tabou sur les violences sexuelles pour libérer la parole!".

La création d'une "maison Tamar" en perspective

Une participation entre 15 et 25 euros est demandé pour participer au festival, avec une gratuité pour les enfants et des tarifs réduits. Les bénéfices du festival "Bouge toib !", organisé et animé bénévolement, serviront au projet de la création d'une maison "Tamar". Ce lieu unique sera dédié à l'accueil des victimes avec des professionnels formés aux psycho-traumatismes qui proposeront un accompagnement adapté avec un traitement de fond. "Pour bien faire, il faut une prise en charge holistique de la victime, dans sa globalité!".

"Nous militons également pour la création d'une cellule sur les violences sexuelles dans les écoles, pour former le personnel, l'informer et mettre à disposition des équipes de prévention, mais pour le moment on rencontre encore des retissences de la part des établissements", confie Claire-Aurélie. L'école a un rôle central dans la détection des violences faites aux enfants. 

Pour rappel, environ 50 % des victimes d'inceste tentent de mettre fin à leur jour. Si vous êtes directement concerné ou connaissez une personne victime, composez le 119 "Allô enfance en danger". 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité