Dieppe : la production de l'Alpine divisée par deux dès janvier 2020

Un des modèles de l'A110 présentés au Paris Motors Show / Mondial de l'auto, porte de Versailles. / © P. Leonard / France 3 Normandie
Un des modèles de l'A110 présentés au Paris Motors Show / Mondial de l'auto, porte de Versailles. / © P. Leonard / France 3 Normandie

L'usine Alpine de Dieppe va passer de 15 voitures produites par jour à 7. Une division par deux qui s'explique par la baisse du nombre de commandes. Si aucun licenciement n'a été annoncé, les syndicats restent prudents.

Par Julie Howlett

L'annonce a été faite jeudi 28 novembre, lors du Conseil social et économique (CSE) de l'entreprise. Alpine, cette marque de mythiques voitures de sport, ne produira en 2020 plus que sept voitures par jour sur son site de Dieppe contre 15 actuellement. C'est donc une baisse par deux de la production.
C'est un coup de massue auquel les syndicats de l'usine Alpine de Dieppe ne s'attendaient pas.

Aucun licenciement assure la direction


Aucun des 400 salariés ne sera licencié promet la direction. En revanche le nombre d'intérimaires va baisser. 
Avec l'activité en baisse, la direction a d'ores et déjà imposé aux salariés des jours de congés. 4 sont programmés au mois de Décembre. Des jours où les chaines de production seront à l'arrêt.

On demande aux salariés, à longueur de journée, de faire une belle voiture, de faire de la qualité, du premium. Et là, on leur demande maintenant de la mobilité, d'aller à Cléon ou à Sandouville et on aura moins d'intérimaires.
Christophe Réal, Secrétaire Adjoint (CGT) du comité social et économique Alpine

l'A110 est assemblée à Dieppe
l'A110 est assemblée à Dieppe


En moins de deux ans, Alpine a vendu près de 8 000 véhicules. Mais après un réel succès commercial lors du lancement de la nouvelle Alpine, les ventes en France commencent à fléchir. 
Pour les syndicats il faut que l'entreprise modifie sa stratégie commerciale. 

Je pense que l'on n'est pas suffisamment présent sur les manifestations sportives, que ce soit de l'automobile, du golf ou de l'équitation. Il faut aller chercher nos clients. Aujourd'hui, on a servi tous les passionnés, ceux qui voulaient l'acheter avant même qu'elle soit fabriquée. Maintenant, il faut aller chercher ceux qui n'ont pas prévu de l'acheter, les faire monter dans la voiture, l'essayer. On en vendra d'avantage.
Dominique Seraffin, Secrétaire (CFDT) du comité social et économique Alpine

 
A Dieppe : la production de l'Alpine divisée par 2



La direction, de son côté, n'a pas souhaité s'exprimer.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus