• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Havrais emprisonné en Russie : le témoin clef se présente enfin devant le tribunal

A droite sur cette image, le policier qui aurait rédigé le procès-verbal lors de l'arrestation de Gurvan Le Gall, le 21 mars 2019. / © France Télévisions
A droite sur cette image, le policier qui aurait rédigé le procès-verbal lors de l'arrestation de Gurvan Le Gall, le 21 mars 2019. / © France Télévisions

Le témoignage du policier ayant dressé le procès-verbal de Gurvan Le Gall en Russie était très attendu. Il est enfin venu à la barre ce mardi 13 août. Le professeur havrais est en prison depuis le 22 mars 2019 pour tentative de corruption. 
 

Par Marc Moiroud-Musillo

C'était un témoignage très attendu que celui de Sergei Dzubak, le policier qui le 21 mars 2019 en fin de soirée aurait rédigé le procès-verbal lors de l'arrestation de Gurvan Le Gall, à Togliatti (Russie). Depuis le policier russe a démissionné de son poste. A quatre reprises, il n'avait pas répondu aux convocations de la justice. Ce mardi matin, il a enfin pu répondre aux questions. Ces réponses sont floues. Il explique que la rédaction du procès-verbal ne lui incombait pas. Le document n'a jamais été retrouvé. 

Des réponses qui ne satisfont pas l'avocat du professeur havrais, Ilya Nikiforov : "à ma question qu’est-ce qu’il écrivait sur le papier à en-tête « procès-verbal », il a répondu que c’était juste un rapport. Pourtant tout le monde a pu voir sur la vidéo que c’était un document où figuraient les mots procès-verbal. 

Nouvelle audience dans le procès de Gurvan Le Gall
Le professeur havrais est accusé de corruption de policiers alors qu'il avait été arrêté en Russie en mars 2019 en possession d'un mauvais visa. Mardi 13 août 2019, un témoin clef pour la défense a enfin témoigné devant le tribunal.  - M. Moiroud-Musillo / V. Perovski

 

Un problème de compréhension ? 


Mercredi 14 août se déroulera probablement la dernière audience du procès. L'avocat de Gurvan Le Gall fera parler un expert en linguistique de l'Université locale. Ce spécialiste indépendant devra dire si le Normand était en mesure de comprendre ou non la teneur des échanges lors de son arrestation, alors que la traductrice est arrivée très tard. La thèse de la défense est qu'il aurait compris qu'on lui réclamait une amende pour possession d'un visa d'affaires au lieu d'un visa de travail. Cela démonterait l'accusation de tentative de corruption de policiers.

Pour rappel, le professeur havrais était en Russie pour ouvrir une école de français. Il est emprisonné depuis le 22 mars 2019. Il encourt jusqu'à huit ans de prison pour corruption. La décision de justice sera probablement rendue à l'issue des plaidoiries le 14 août.

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus