• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Havre : urgences sous tension

Aides-soignantes et infirmières des urgences de l'hôpital Jacques Monod s'invitent au Conseil de surveillance du Groupe Hospitalier du Havre. / © Elise Laperdrix
Aides-soignantes et infirmières des urgences de l'hôpital Jacques Monod s'invitent au Conseil de surveillance du Groupe Hospitalier du Havre. / © Elise Laperdrix

A Montivilliers, les urgences adultes de l'hôpital Jacques Monod sont au bord de la rupture. Mobilisées ce matin, les infirmières et aides-soignantes du service se sont invitées au Conseil de surveillance du Groupe hospitalier du Havre, dénonçant des conditions de travail devenues insoutenables.
 

Par Elise Laperdrix

Manque chronique d’effectifs, équipes sous tension, épuisement professionnel, absence de reconnaissance… les infirmières et aides-soignantes des urgences de l’hôpital Jacques Monod sont en colère. Après avoir interpellé le Conseil municipal du Havre sur la question, le personnel soignant s’est invité ce matin au Conseil de surveillance du Groupe Hospitalier du Havre. Au cœur des revendications, les conditions de travail jugées insoutenables.

Certaines de mes collègues sortent du service, s’écroulent dans le vestiaire et pleurent. On nous dit vous faites un métier formidable, c’est beau ce que vous faites alors pourquoi on pleure à la fin de notre quart ?, raconte Jessica Cottard, infirmière aux urgences.

Etaient présents à cette réunion, le directeur général du Groupe Hospitalier du Havre,  Martin Trelcat mais aussi le maire du Havre et président de ce Conseil, Luc Lemonnier.

D’après le syndicat SUD Santé-Sociaux, entre 2010 et 2018 le nombre de passages aux urgences aurait explosé, passant de 30 000 à 46 807. Conséquence, jusqu’à 200 passages journaliers dont un nombre croissant de personnes âgées dépendantes et des temps d’attente qui s’allongent, jusqu’à plusieurs heures avant une prise en charge médicale.

On aide les gens oui mais on n’a plus le temps de faire les choses. C’est du travail à la chaîne, on fait de l’abattage, rapporte Benjamin Muller, infirmier aux urgences.

Du côté de la direction de l'hôpital Jacques Monod, on répond par voie de communiqué que "10 équivalents temps plein supplémentaires d'aides-soignant(e)s et d'infirmier(e)s ainsi qu'un agent de médiation (...) ont intégré progressivement le service des urgences adultes en 2018".

Ecoutées pendant près d’une heure, les aides-soignantes et infirmières se disaient déçues à la sortie du Conseil de surveillance, avec le sentiment de ne pas avoir été entendues. Elles envisagent d’autres formes de mobilisation dans les semaines à venir.

 
Le Havre : urgences sous tension

 

Sur le même sujet

Le premier gala professionnel de pancrace à Rouen en 2016

Les + Lus

Les + Partagés